Vendredi 3 avril 2009. Les conclusions et les engagements du G20

Les pays du G20 se sont réunis jeudi 2 avril à Londres. Pour relancer l’économie mondiale et éviter une nouvelle crise à l’avenir ils ont pris les engagements suivants :

– 1 000  milliards de dollars (750 milliards d’euros) supplémentaires vont être injectés dans l’économie mondiale par le biais du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale – il ne s’agit donc pas de nouveaux plans de relance, auxquels étaient opposés la France et l’Allemagne ; les montants totaux investis d’ici à 2010 seront donc amenés à 5000 milliards de dollars (3 700 milliards d’euros) ;

– afin de venir à bout du secret bancaire, l’OCDE va pouvoir publier une liste de paradis fiscaux  » non coopératifs « . Il y aura précisément trois listes, selon que les Etats acceptent ou non de coopérer. Les sanctions restent à définir : elles seront soit directes (suppression des centres non coopératifs) soit indirectes (incitation des institutions financières à ne pas travailler avec ces centres).
Sur la liste « noire »  : le Costa Rica, la Malaisie, les Philippines et l’Uruguay.
Sur la liste « gris foncé », 32 pays : Andorre, Anguilla Antigua, Barabade, Aruba, Bahamas, Bahrein, Belize, les Bermudes, les iles vierges anglaises, les iles Cayman, les iles Cook, la Dominique, Gibraltar, Grenade, Liberia, le Liechtenstein, les Iles Marshall, Monaco, Montserrat, Nauru, les Antilles néerlandaises, Niue, Panama, St Kitts and Nevis, Sainte Lucie, Saint Vincent et Grenadine, Samoa, San Marin, les iles Turks and Caicos et Vanuatu.
Sur la liste gris clair : l’Autriche, la Belgique, Brunei, le Chili, le Guatemala, le Luxembourg, Singapour et la Suisse.

– les contrôles seront accrus sur les agences de notation et les fonds spéculatifs, notamment en ce qui concerne leur niveau d’endettement ; les banques devront garder dans leurs comptes une part de leurs risques (et non plus de tout titriser) ; les normes comptables vont être harmonisées ; de nouvelles règles sur les bonus et les salaires des dirigeants et des financiers vont être établies ;

– certaines institutions internationales vont être renforcées : le budget du FMI va être triplé pour arriver à 750 milliards de dollars, dont un tiers sera financé par la création monétaire (la planche à billets) ; une nouvelle instance, le Conseil de stabilisation financière, remplacera le Forum de stabilité financière pour détecter les risques financiers et intégrera les pays émergents ; des pays émergents seront aussi accueillis dans les discussions du G7 pour débloquer le « cycle de Doha » amorcé en 2001 ;

Une nouvelle réunion a été programmée en sptembre prochain à New-York, en marge de la prochaine assemblée générale de l’ONU pour évaluer la mise en œuvre de toutes ces mesures.

Etaient présents, des représentants des pays du G20
– la chancelière allemande Angela Merkel
– le président sud-africain Kgalema Motlanthe
– le roi Abdallah d’Arabie saoudite et le ministre saoudien des affaires étrangères, Saud al-Faisal
– le président argentin Cristina Kirchner
– le premier ministre australien Kevin Rudd
– le président brésilien Luiz Innacieo Lula da Silva
– le premier ministre canadien Stephen Harper
– le président chinois Hu Jintao
– le président sud-coréen Lee Myung-bak
– le président américain Barack Obama
– le président français Nicolas Sarkozy
– le premier ministre indien Manmohan Singh
– le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono
– le premier ministre italien Silvio Berlusconi
– le premier ministre japonais Taro Aso
– le président mexicain Felipe Calderon
– le premier ministre britannique Gordon Brown
– le président russe Dmitry Medvedev
– le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan
et pour l’Union européenne, le président de la Commission José Manuel Barroso

En outre, s’étaient aussi déplacés :
– le premier ministre espagnol Jose Luis Zapatero
– le premier ministre néerlandais Jan Peter Balkenende
–  le président de l’ASEAN (Association des pays du Sud-Est), le premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva
– le président du Conseil européen et premier ministre tchèque Mirek Topolanek
– le responsable du NEPAD (Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique) et premier ministre éthiopien Meles Zenawi
– le président du Forum de stabilité financière Mario Draghi
– le directeur du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn
– le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon
– le président de la Banque mondiale Robert Zoellick
– le directeur de l’Organisation mondiale du commerce, Pascal Lamy.

Références
Dépêche
Reuters

Articles
Le Monde :  » G20 : quatre orientations décisives pour essayer de sauver l’économie mondiale « 
La Croix :  » Accord à Londres, le G20 est entré dans le concret « 
La Croix :  » Les grandes décisions du G20 « 
WSJ :  » World Leaders Agree on Global Response « 
Le Figaro :  » Accord mondial pour 
un nouveau capitalisme « 
Les Echos :  » Compromis ambitieux au sommet du G20 « 
Les Echos :  » Des promesses de réformes en cascade « 
Les Echos :  » Des avancées notables sur la régulation financière internationale « 
RFI :  » La Chine propose et s’impose « 
NYTimes :  » World Leaders Pledge $1.1 Trillion to Tackle Crisis « 

Document
Le communiqué final

Une réponse à “Vendredi 3 avril 2009. Les conclusions et les engagements du G20

  1. Pingback: Mardi 7 avril 2009. Plus aucun pays sur la ” liste noire ” de l’OCDE « l’info du jour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s