Archives de Catégorie: Afrique

Mardi 31 mars 2009. Mayotte devient un département français

Les habitants de Mayotte ont participé à une  » consultation populaire  » dimanche 29 mars 2009 pour que leur île devienne un département français à la place d’une collectivité territoriale. Le  » oui  » l’a emporté avec 95,2 % des voix (taux de participation de 61 %). Mayotte devient ainsi le 101e département français et son 5e département d’outre-mer (DOM).

En 1974, 1976 et 2000, Anjouan, Grande-Comore et Mohéli, les trois autres îles des Comores, ont pris leur indépendance, tandis que Mayotte préférait l’appartenance à la France. Au regard du droit international ces référendums sont jugés illégaux car selon la résolution 3385 de l’Onu votée en 1975 :  » l’unité et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores  » doit être respectée.
L’Union des Comores, soutenue par l’Union africaine espère encore voir cette île revenir dans son giron et a estimé que cette consultation est  » nulle et non avenue « . La Ligue arabe a elle annoncé rejeter  » l’occupation française  » de l’île.

Mayotte, à 95 % musulmane, compte près de 190 000 habitants dont un tiers en situation irrégulière. C’est là que se sont déroulées 16 000 des 26 000 reconduites à la frontière comptabilisées en 2008 par le ministère de l’intérieur. Elle a un PIB neuf fois supérieur à celui de ses voisins des Comores. La moitié de la population y travaille pour le service public. Pour les Mahorais, la départementalisation va amener des impôts (à partir de 2014) comme la taxe foncière et la taxe d’habitation ainsi que des allocations (à partir de 2012) comme le revenu de solidarité active (les seuls minima sociaux en vigueur sont l’aide aux adultes handicapés et aux personnes âgées). Des pratiques culturelles comme la polygamie ou l’existence d’un tuteur matrimonial vont être amenées à disparaître. Le « cadi », le juge musulman, va aussi voir ses pouvoirs réduits.

Références
Dépêches
AFP sur Libération
LeFigaro.fr avec AFP
LeMonde.fr avec AFP

Articles
RFI :  » L’île de l’océan Indien va devenir département français « 
LeJDD.fr :  » Mayotte, le 101e département « 

Lundi 23 mars 2009. Le pape achève son premier voyage en Afrique

Le pape Benoît XVI, 81 ans, a achevé aujourd’hui une visite d’une semaine en Afrique, sa première sur ce continent qui compte 14 % de la population catholique mondiale (150 millions de personnes sur 900 millions d’Africains).

Il a visité le Cameroun et l’Angola. Il a prononcé seize discours. Le fil rouge de son message aura été l’éradication de la violence, par la réconciliation, l’équité dans le développement économique et l’assainissement des systèmes politiques par notamment l’éradication de la corruption. Le pape est revenu à plusieurs reprises également sur le respect des droits de la femme. Il s’est aussi attaqué à la corruption dans les structures mêmes de l’Eglise africaine. Il a remis aux évêques africains un document de travail pour le synode qui aura lieu en octobre 2009 sur le thème de la réconciliation, la justice et la paix. A trois reprises, il a tendu la main à l’islam et mis en garde contre le pouvoir des sectes.

Dans l’avion pour se rendre en Afrique, le pape a répondu à une question sur le préservatif provoquant un scandale dans les pays occidentaux. La version officielle (validée par le Vatican) des propos du pape est :  » Je dirais que l’on ne peut pas vaincre ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. S’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, on ne peut pas résoudre le fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème.  »
La polémique s’est poursuivie autour de la question de l’avortement : une phrase ambiguë du pape sur l’avortement comme contrôle démographique a été interprétée comme une prise de position contre l’avortement thérapeutique.

Le pape a reçu un accueil enthousiaste tout au long de son voyage. Mais celui-ci a été endeuillé par la mort de deux adolescentes, décédées au cours d’une bousculade pour arriver sur le lieu de la messe adressée aux jeunes.
Références

Dépêches

LeMonde.fr avec AFP
AP sur IHT

Articles
Le Figaro :  » Les messages brouillés du Pape en Afrique « 
La Croix :  » Benoît XVI appelle l’Afrique à la réconciliation « 
La Croix :  » Ce que le pape a vraiment dit sur le préservatif… « 
Libération :  » Le pape au pilori après sa sortie anticapote « 
Le Monde :  » Le pape a appelé les dirigeants africains à promouvoir une « réelle démocratie » « 
Le Monde :  » En Angola, l’appel du pape au « partage » et à la démocratie « 
La Croix :  » Commentaire d’Isabelle de Gaulmyn : Ce qu’il fallait entendre… « 
La Croix :  » Le Cameroun accueille Benoît XVI avec enthousiasme « 
La Croix :  » L’Eglise admet des cas d’avortement thérapeutique « 
LeJDD.fr  » Le pape, les cathos et le sexe « 
Le Figaro :  » Le Pape rappelle aux pays riches leurs responsabilités »
NYT :  » Pope Tries to Send Ripples of Hope Through an Ocean of Angolans « 
RFI :  » L’appel de Benoît XVI à la concorde « 

Documents
Un portfolio du voyage du pape sur le site de La Croix
Un portfolio du voyage du pape sur le site du Monde
Discours et homélies du pape sur le site de La Croix

Mardi 17 mars 2009. Madagascar : démission du président Ravalomanana

Le président malgache Marc Ravalomanana a démissionné aujourd’hui mardi 17 mars 2009. Il a transféré ses pouvoirs à un directoire militaire, qui les a immédiatement transférés à l’opposant Andry Rajoelina.

Depuis deux mois, Andry Rajoelina s’était fait le porte-parole des Malgaches touchés par les hausses des prix. Maire de la capitale Antananarivo entre 2007 et 2009 et âgé de seulement 34 ans, le leader de l’opposition, le TGV (Tanora Gasy Vonona, les jeunes Malgaches décidés),
demandait l’arrestation du président.

Symboliquement, des militaires avaient pénétré sans heurts hier dans le palais présidentiel déserté depuis plus d’un mois.  Les militaires avaient jusque là refusé l’hypothèse d’un coup d’Etat.

Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina appartiennent à la même ethnie Merina. Parmi leurs autres points communs, ils sont tous deux de riches industriels. Ils se sont servi de la mairie de la capitale comme tremplin politique national. Ancien DJ, Andry Rajoelina a bâti sa fortune en créant deux entreprises de communication. Il ne peut toutefois viser démocratiquement la présidence de Madagascar, la constitution réclamant que les candidats soient âgés d’au moins 40 ans.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec Reuters
LeFigaro.fr avec AFP
LeFigaro.fr avec AFP
Articles

RFI :  » Le pays au bord d’un putsch militaire « 
LeFigaro.fr :  » Madagascar : l’armée se retourne contre le président « 
Le Figaro :  » Andry Rajoelina, le rebelle qui veut gouverner Madagascar « 
RFI :  » Marc Ravalomanana a transféré ses pouvoirs « 

Lundi 12 janvier 2009. Le Sirius Star libéré

Le superpétrolier saoudien Sirius Star, capturé par des pirates le 15 novembre 2008 au large de la Somalie, a quitté les eaux somaliennes samedi 10 janvier 2008 après avoir été libéré la veille. Les membres de l’équipages seraient tous sains et saufs.

Les pirates avaient réclamé la somme de 25 millions de dollars. On ne sait pas précisément combien ils ont obtenu — 3 millions de dollars selon la rumeur — qui aurait été parachutés, au moins pour partie, sur le navire.

Cinq ou six pirates auraient péri en évacuant le navire sur une petite embarcation qui a chaviré. Le corps de l’un d’entre eux a été retrouvé avec plus de 150 000 dollars sur lui.

Le Sirius Star appartient à une filiale de la compagnie pétrolière saoudienne Aramco. Le bateau, long de 330 mètres, avait été capturé alors qu’il naviguait à près de 900 kilomètres des cotes. Il contient 300 000 tonnes de pétrole. La valeur du navire serait de 150 millions de dollars et celle de son chargement de 100 millions de dollars.

Plus de 100 navires ont été attaqués en 2008 par des pirates somaliens qui auraient empoché des rançons pour un total supérieur à 120 millions de dollars. En réponse, l’Union européenne a créé le 8 décembre dernier la première force aéronavale destinée à la lutte contre la piraterie maritime au large de la Corne de l’Afrique, l’une des principales routes maritimes de l’Europe à l’Asie et au Proche-Orient, empruntée chaque année par 20 000 à 30 000 navires (12 % du commerce mondial, 30 % du pétrole). La première opération a été baptisée Eunavfor Atalanta ; elle dispose de deux frégates françaises et d’un avion de patrouille espagnol. A terme, elle devrait compter sept bateaux et plusieurs avions destinés à convoyer certains navires, dont ceux du Programme alimentaire mondial de l’Onu, et à patrouiller dans la région.

Références
Dépêches
LeFigaro.fr avec AFP
LeFigaro.fr avec agences
Libération.fr avec AFP
AFP (sur Google)
AFP (sur Google)

Article
BBC : « Saudi tanker ‘freed off Somalia’ »
WSJ : « Somali Pirates Drown »

Mercredi 24 décembre 2008. Crise de succession en Guinée

Le président guinée Lansana Conté est mort lundi 22 décembre 2008 à l’âge de 74 ans ; il était gravement malade depuis plusieurs années. Une tentative de coup d’Etat militaire sans violence a eu lieu dès le lendemain dans la capitale Conakry. La Constitution et les institutions ont été suspendues.

Lansana Conté a présidé la Guinée durant 24 ans. Ce militaire avait pris le pouvoir en avril 1984 à la suite d’un coup d’Etat survenu une semaine après le décès du premier président de la Guinée indépendante, le dictateur marxiste Ahmed Sékou Touré. Lansana Conté, s’appuyant toujours sur l’armée, a mené de nombreuses répressions. Lui et son entourage ont été accusés de détourner les richesses du pays à leur seul compte et d’être impliqués dans des vastes réseaux de trafic de drogue. Début 2007, près de 200 personnes ont été tuées lors de manifestations contre le régime.

La tentative de coup d’Etat a semble-t-il été menée par des jeunes officiers d’origine universitaire. Leur identité est mal connue. Ils sont rassemblés en un « Conseil national pour la démocratie et le développement » (CNDD). Leur porte parole est un capitaine, Moussa Dadis Camara, qui s’occupait jusqu’à présent des ravitaillements en essence. Les militaires ont promis d’organiser des élections libres et transparentes d’ici fin 2010, affirmant que leur seul but est de sauvegarder l’intégrité territoriale.

C’est l’Assemblée nationale qui doit normalement assurer la transition du pouvoir et organiser des élections dans les 60 jours, mais le pays ne disposerait pas de listes électorales fiables. Son président Aboubacar Sompare a appelé la communauté internationale à empêcher le coup d’Etat.

Ancienne colonie française indépendante depuis 50 ans, la Guinée compte 9 millions d’habitants, dont environ la moitié vit en dessous du seuil de pauvreté. L’espérance de vie y est d’environ 50 ans. Pourtant, il s’agit d’un pays riche en eau, en fer, en or et en diamants, et la première réserve mondiale de bauxite.

Cette tentative de coup d’Etat en Guinée Conakry a eu lieu quatre mois après celui qui s’est déroulé en Mauritanie (où les militaires ont chassé du pouvoir le président Sidi Ould Abdallahi) et un mois après une tentative avorté de coup d’Etat en Guinée Bissau.

Références
Dépêches
LeFigaro.fr avec AFP
LeMonde.fr avec AFP

Articles
Le Figaro : « Guinée : transition délicate après la mort du président »
RFI : « L’Union africaine s’apprête à prendre des sanctions contre les putschistes »
RFI : « Un scandale géologique »
La Croix : « La mort du président Conté plonge la Guinée dans l’inconnu »
La Croix : « Lansana Conté, dictateur guinéen aux airs débonnaires »
La Croix : « Conakry attend dans l’angoisse la suite des événements »
Libération : « En Guinée, «le mieux serait un gouvernement de transition civil soutenu par l’armée» »
IHT : « Stand-off after coup claim in Guinea »
WSJ : « Turmoil Feared After Guinea Death »

Vendredi 19 décembre 2008. Bagosora condamné à la perpétuité

Théoneste Bagosora, ancien colonel de l’armée rwandaise, a été condamné à la prison à vie, hier jeudi 18 décembre : le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) l’a jugé coupable de « génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre » lors du massacre de 800 000 Tutsis et Hutus modérés au Rwanda en 1994. L’accusation « d’entente en vue de commettre un génocide » n’a en revanche pas été retenue. La défense a décidé de faire appel de ce verdict.

Théoneste Bagosora a notamment dirigé les troupes et les milices hutues (Interhamwe) ; on le considère comme le « cerveau » du génocide. Le Tribunal l’a reconnu coupable de la mort de dix membres du contingent belge de maintien de la paix, du meurtre du Premier ministre rwandais Agathe Uwilingiyimana, du président de la Cour constitutionnelle Joseph Kavaruganda, ainsi que de plusieurs opposants, et de l’organisation de plusieurs massacres à Kigali et Gisenyi.

Agé de 67 ans et extrémiste hutu, Théoneste Bagosora, ancien directeur de cabinet au ministère de la défense, était en charge des affaires politiques et militaires rwandaises lorsque l’avion du président Juvénal Habyarimana a été abattu — à la veille du génocide. Après le génocide, il a fui au Cameroun où il a été arrêté en 1996. Son procès a duré six ans ; 242 témoins ont été entendus.

Un autre colonel, Anatole Nsengiyumva, et un commandant, Aloys Ntabakuze, ont également été condamnés à la prison à perpétuité par le TPIR. Le beau-frère de Théoneste Bagosora, Protais Zigiranyirazo, a été, lui, condamné à 20 ans de prison. Le TPIR a rendu à ce jour 35 verdicts (dont 5 acquittements) et doit terminer ses travaux avant la fin 2009.

Références
Dépêches
LeJDD.fr avec Reuters

Articles
IHT : « Rwandan convicted of genocide »
RFI : « La perpétuité pour l’architecte du génocide de 1994 »
BBC : « Rwanda genocide mastermind jailed »
BBC : « Profile: Col Theoneste Bagosora »

Lundi 17 novembre 2008. Première réunion des chefs d’Etat du G20

 

Les chefs d’Etat et de gouvernement des 20 pays les plus riches de la planète se sont réunis pour la première fois vendredi 14 novembre et samedi 15 novembre 2008.

L’objectif était de poser les bases d’une relance économique et d’une réforme de la surveillance financière mondiale. La déclaration finale, rédigée dans un langage technique, met en avant la sous-évaluation du risque par les investisseurs et n’évoque pas la « crise des subprimes ». Sans qu’aucune initiative majeure n’ait été prise, plusieurs grands principes ont été retenus :

– une relance économique par des mesures budgétaires en faveur d’une relance de la consommation et une aide accrue des institutions financières envers les pays les plus fragiles

– une amélioration de la régulation des marchés financiers (selon des modalités à définir d’ici au 31 mars 2009) et de la gouvernance économique (en repensant notamment le rôle du FMI)

– le maintien des principes de l’économie de marché et le refus des mesures protectionnistes

– une ouverture aux puissances économiques émergentes du Forum sur la stabilité financière (FSF), créé à la fin des années 1990 et qui regroupe les représentants des gouvernements, des banques centrales et des agences de régulation.

L’idée de Nicolas Sarkozy d’avoir un «  super gendarme » de la finance internationale n’a pas été reprise. Un « collège de superviseurs » doit en revanche être constitué au cours des prochains mois : il réunira les principaux régulateurs de la finance pour discuter de la santé des principales banques mondiales

Un nouveau sommet du G20 doit se tenir avant le 30 avril 2009, probablement en Grande Bretagne.

Qu’est-ce que le G20 ?

Le G20 a été créé en 1999 à la suite des crises asiatique et russe. Les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales se rencontrent chaque année (le G20 n’a aucun personnel permanent). 

Les pays du G20 regroupent les deux tiers de la population mondiale et 90 % du PIB de la planète. Ils sont au nombre de 19, plus l’Union Européenne (représentée par le Président du conseil et celui de la Banque centrale européenne) :

• les membres du G8 :

Allemagne

Canada

Etats-Unis d’Amérique

France

Italie

Japon

Royaume-Uni

Russie

• des grandes économies émergentes :

Afrique du Sud

Arabie saoudite

Argentine

Australie

Brésil

Chine

Corée du Sud

Inde

Indonésie

Mexique

Turquie.

En réalité, la liste des pays n’a pas bougé depuis le choix initial de 1999 et ne reflète donc pas parfaitement le classement mondial des pays les plus riches (l’Espagne, les Pays-Bas, la Belgique et la Suisse devraient y appartenir, voire l’Iran et la Pologne selon le mode de calcul de la richesse). Déjà en 1999, la Turquie, l’Indonésie, l’Afrique de Sud et l’Arabie Saoudite ont été inclus sans faire partie des 20 pays les plus riches.

 

Références

Dépêches

Le Monde.fr avec AFP et Reuters

AFP (sur le site de La Croix)

Articles

Le Figaro : «  Le G20 prône la relance par tous les moyens »

RFI : G20 : un ensemble de principes pour mettre fin à la crise

Les Echos : «  Le G20 jette les bases d’une réforme en douceur du système financier »

Le Monde : « Le G20, théâtre de la discorde franco-américaine »

IHT : « G-20 mostly avoids the thornier questions »

La Croix : «  Le G20, un sommet inédit »

20 Minutes : « Le G20 pour les nuls »

20 Minutes : « Votre pays peut-il être viré du G20? » (traduction de Slate)

BBC : « Q&A: The G20 summit »

 

Documents

Une infographie des pays participant au G20 sur le site du Monde

La déclaration finale, sur le site du Figaro

Mercredi 12 novembre 2008. Abdelaziz Bouteflika pourra briguer un troisième mandat de président

 

En Algérie, l’Assemblée populaire nationale a voté aujourd’hui la révision de la Constitution supprimant la limite à deux quinquennats pour le mandat du président de la république. La quasi totalité des parlementaires (députés et sénateurs) a voté en faveur de cette réforme (500 pour, 21 contre, 8 abstentions). La fonction de « chef du gouvernement » va par ailleurs disparaître au profit de celle de « premier ministre ».

 

Le président actuel, Abdelaziz Bouteflika, âgé de 71 ans, a été élu en 1999 et réélu en 2004 (c’est le premier président algérien démocratiquement élu depuis l’indépendance du pays, en 1962) ; il n’a pas pour l’instant exprimé son souhait de se représenter en avril 2009.

 

Références

Dépêches

AFP (sur Google)

LeMonde.fr avec AFP et Reuters

Articles

RFI :  » La voie est libre pour Bouteflika « 

Mardi 4 novembre 2008. L’Union pour la Méditerranée aura son siège à Barcelone.

Les ministres des affaires étrangères des 43 pays impliqués dans le « Processus de Barcelone » se sont réunis durant deux jours à Marseille et se sont accordés sur trois points :
–    le secrétariat de l’Union pour la Méditerranée (UPM) siègera à Barcelone
–    la Ligue arabe sera accueillie dans l’UPM
–    Israël aura un poste de secrétaire général adjoint

Les postes de secrétaire général adjoint (qui seront au nombre de cinq ou six) ont été créés pour débloquer les négociations. Ils seront attribués pour les trois premières années, outre à Israël, à l’autorité palestinienne, à la Grèce, à l’Italie, à Malte et probablement à la Turquie.
Le poste de secrétaire général reste vacant (la Tunisie l’ayant décliné après avoir vu qu’elle n’abriterait pas le secrétariat). Pour l’heure, seule la Jordanie est candidate.

Références
Dépêches
AFP (sur le site de Google)

Articles
Le Monde : «  La France arrache un accord global sur l’Union pour la Méditerranée »
Le Figaro : «  L’Union pour la Méditerranée en quête d’un second souffle »

Jeudi 25 septembre 2008. Alerte à la famine dans la corne de l’Afrique.

Le Programme alimentaire mondial de l’ONU a lancé un appel aux dons de 460 millions d’euros en faveur de l’Ethiopie. Ce pays traverse sa crise humanitaire la plus grave depuis 1984 (un million de personnes avait péri de la famine entre 1984 et 1985).

Près de 10 millions de personnes (sur les 81 millions que compte le pays) seront dépendantes de cette aide au cours des prochains mois. Un quart d’entre elles habitent la région somali affectée par un conflit avec des séparatistes de la région d’Ogaden, et où il n’a pas plu depuis trois ans. Dans les autres régions, les périodes de sécheresses ont été suivies d’inondations détruisant les récoltes.

En Somalie, 3,25 millions de personnes (la moitié de la population) ont aussi été touchées par la sécheresse, la hausse des prix et la guerre. Au total, ce seraient selon l’ONU 17 millions de personnes qui seraient menacées de famine dans la Corne de l’Afrique.

La faim dans le monde touche 925 millions de personnes, soit 75 millions de plus qu’il y a un an. Selon le directeur général de l’agence de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture, il faudrait  » investir 30 milliards de dollars par an pour doubler la production alimentaire et éliminer la faim « . L’objectif des pays membres de la FAO, défini dès 1996, reste de réduire de moitié le nombre de personnes sous-alimentées d’ici 2015.

Références
Dépêches
AFP (sur Google)
Le communiqué de l’ONU
AFP (sur le site du Parisien)

Articles
La Croix :  » La plus grave famine en Ethiopie depuis vingt-cinq ans « 
Les Echos :  » Faim dans le monde : près d’un milliard de personnes concernées «