Archives de Catégorie: Amérique du Nord

Jeudi 3 décembre 2009. Le coup d’Etat au Honduras entériné

Les députés honduriens ont refusé hier de réinstaller le président Manuel Zelaya au pouvoir pour les deux derniers mois de son mandat, ratifiant de fait le coup d’Etat du 28 juin (lire l’info du jour du 29 juin 2009).

Un scrutin présidentiel s’est déroulé dimanche 29 novembre 2009 au Honduras. Il a été remporté par le conservateur Porfiro Lobo (surnommé Pepe Lobo) qui a recueilli 55 % des voix. Le taux de participation a été de 61 % (huit points de plus que lors de l’élection précédente en 2005). Le candidat du parti libéral, Elvin Santos, a recueilli 38,6 % des voix et a reconnu sa défaite. Le président par intérim Roberto Micheletti (parti libéral), n’était pas candidat. Porfiro Lobo, riche exploitant agricole âgé de 61 ans, avait perdu l’élection de 2005 face à Manuel Zelaya.

L’élection a été dénoncée par les partisans du président déchu Manuel Zelaya. Celui-ci est toujours retranché dans l’enceinte de l’ambassade du Brésil dans la capitale hondurienne Tegucigalpa (lire l’info du jour du 23 septembre 2009). Il avait appelé au boycott du vote et affirme que c’est l’abstention qui a été massive, de l’ordre de 65 %.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva et le président vénézuélien Hugo Chavez ont également condamné le scrutin. L’Argentine, l’Equateur, le Guatemala, le Paraguay, l’Uruguay et la Bolivie ont annoncé qu’ils ne reconnaîtraient pas le futur président. Il sera en revanche reconnu par les Etats-Unis, de même que par le Pérou, la Colombie, Panama ou le Costa-Rica.

Ni l’ONU ni l’Organisation des Etats américains n’a envoyé d’observateurs, afin de ne pas cautionner le gouvernement issu du coup d’Etat du 28 juin.

Porfiro Lobo a déclaré vouloir oeuvrer pour la réconciliation nationale. Il prendra ses fonctions le 27 janvier 2010.

Références
LeJDD.fr :  » Election contestée au Honduras « 
WSJ :  » Honduran Election Gains Backing « 
RFI :  » Quelle légitimité pour Porfirio Lobo ? « 
RFI :  » Election présidentielle : polémique sur le niveau de participation « 
La Croix :  » Le Honduras retrouve un président « 
BBC :  » Manuel Zelaya attacks ‘fraudulent’ Honduras election « 
Le Figaro :  » Porfirio Lobo remporte la présidentielle au Honduras « 
RFI :  » Le Congrès refuse le retour au pouvoir de Manuel Zelaya « 
BBC :  » Honduran Congress votes down Zelaya’s reinstatement « 
WSJ :  » Honduran Congress Upholds Zelaya’s Ouster « 
NYT :  » Honduran Congress Votes Down Return by Zelaya « 

Mercredi 2 décembre 2009. Les Etats-Unis renforcent leur présence militaire en Afghanistan

Le président américain a annoncé hier mardi 1er décembre vouloir augmenter les effectifs de l’armée américaine en Afghanistan de 30 000 hommes pour  » accélérer le transfère de responsabilité aux forces afghanes « . Il a mentionné en parallèle un calendrier de retrait : il devrait démarrer en juillet 2011 mais la date de fin n’a pas été précisée. L’annonce intervient dix jours avant que Barack Obama se rende à Oslo pour recevoir le prix Nobel de la paix.

Lorsqu’il a pris ses fonctions, il y avait 35 000 soldats Américains en Afghanistan. Après une augmentation des effectifs en février 2009, ils étaient 68 000.

Le but affiché de Barack Obama est de  » démanteler, perturber et défaire Al-Qaida « , mais il n’est plus question de restauration de la nation afghane. Il a mentionné trois objectifs : créer les conditions d’une transition en luttant contre les talibans, envoyer des renforts pour aider le gouvernement et lutter contre la corruption, et instaurer un partenariat avec le Pakistan.

Barack Obama souhaite que les alliés des Américains envoient environ 10 000 hommes supplémentaires. Le secrétariat général de l’Otan a évoqué le chiffre de 5000. Les Etats-Unis ont demandé à la France de renforcer leur présence de 1500 hommes (forte aujourd’hui de 3750 soldats et 150 gendarmes). 43 pays sont actuellement impliqués sur le sol afghan.

Mise à jour du 4 décembre

Le secrétaire général des Nations Unies Anders Fogh Rasmussen a déclaré aujourd’hui que les Nations Unies enverraient 7 000 soldats supplémentaires. NYT

Références
Dépêches
AFP sur Libération
LeMonde.fr avec AFP et Reuters (Réactions des pays de l’Otan)

Articles
Le Monde :  » Afghanistan : le pari risqué de Barack Obama « 
La Croix :  » Le plan ambitieux d’Obama pour gagner en Afghanistan « 
Le Monde :  » Obama demande à Sarkozy 1500 soldats supplémentaires en Afghanistan « 
Le Figaro :  » Obama envoie 30.000 soldats de plus en Afghanistan « 
LeJDD.fr :  » Afghanistan: Obama en forces « 
LeJDD.fr :  » Afghanistan: Sarkozy ambigu « 
NYTimes :   » Obama Issues Order for More Troops in Afghanistan « 
WSJ :  » U.S. Opts for Limited Surge « 
Le Figaro :  » Renforts en Afghanistan : les USA font pression sur Paris « 

Document
L’allocution de Barack Obama sur le site de La Croix

Jeudi 26 novembre 2009. Les Etats-Unis et la Chine se positionnent sur l’après-Kyoto

La Maison blanche a annoncé hier mercredi 25 novembre 2009 que le président américain Barack Obama se rendrait à Copenhague le 9 décembre pour le sommet des Nations unies sur le climat. Il y présentera les objectifs américains : réduire de 17 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020 en comparaison des niveaux de 2005, 30 % d’ici 2025, 53 % d’ici 2030 et 83 % d’ici 2050. Cet objectif est identique à celui du « Clean Energy and Security Act « , approuvé par les représentants en juin. En prenant pour référence l’année 1990 et non 2005, il ne correspond qu’à une réduction de 4 % d’ici à 2020 et 22 % à l’horizon 2030.

La Chine a annoncé par ailleurs aujourd’hui qu’elle sera représentée par le premier ministre Wen Jiabao. Il y présentera la volonté de la Chine de baisser son  » intensité carbonique « , c’est-à-dire la quantité de gaz à effet de serre par point de PIB, de 40 % à 45 % d’ici 2020 par rapport à 2005. Une formulation décidée pour ne pas compromettre la croissance économique.

Les autres objectifs annoncés :
Union européenne : 20 % de réduction d’ici à 2020 (par rapport à 1990), voire 30 % en cas d’accord global.
Australie : baisse de 25 % (par rapport à 2000)
Japon : baisse de 25 % (par rapport à 1990)
Brésil : baisse de 36 % à 39 % par rapport aux prévisions de 2020.

Des délégations de 192 pays et plus de 60 chefs d’Etat doivent se rendre à Copenhague. Le sommet se déroulera du 7 au 18 décembre 2009. Il doit donner une suite au protocole de Kyoto sur les gaz à effet de serre, qui prend fin en 2012.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP, Reuters et AP
Les Echos avec AFP
LeFigaro.fr avec AFP
LeMonde.fr avec AFP et Reuters

Articles
BBC :  » Obama vows greenhouse gas emissions cuts « 
Le Monde :  » Climat : les Etats-Unis et la Chine abattent leurs cartes « 
NYTimes :  » U.S. and China to Go to Talks With Emissions Targets « 
WSJ :  » China Unveils Target for Carbon Dioxide Cuts « 

Vendredi 6 novembre 2009. Plus de 10 % d’Américains au chômage

Au mois d’octobre, le taux de chômage aux Etats-Unis a grimpé de 0,4 points pour atteindre 10,2 %. C’est la première fois depuis avril 1983 que la barre des 10 % est franchie.

190 000 postes ont été supprimés au mois d’octobre. La baisse des licenciements, 13, 3 % de mois qu’en septembre, est moins rapide que prévu par les experts.

Depuis le début de la récession (décembre 2007 – été 2009, lire l’info du jour du 29 octobre 2009), il y a eu 8,2 millions de suppressions d’emplois, le taux de chômage gagnant 5,3 points.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP
AFP sur Les Echos

Articles
LeFigaro.fr :  » Le taux de chômage dépasse les 10% aux Etats-Unis « 
NYT :  » U.S. Unemployment Rate Hits 10.2%, Highest in 26 Years « 
WSJ :  » October Jobless Rate Tops 10% « 
BBC :  » US jobless rate rises to over 10% « 

Jeudi 5 novembre 2009. General Motors restructure Opel et ne le vend plus

General Motors a décidé hier mardi 3 novembre de conserver sa filiale Opel (Vauxhall au Royaume-Uni). D’après un accord conclu mi-septembre, celle-ci devait être vendue à 55 % à l’équipementier canado-autrichien Magna avec le soutien de la banque russe Sberbank et le groupe automobile Gaz. L’Américain prévoit de supprimer 10 000 postes dans une entreprise qui en emploie quelque 50 000 en Europe (la moitié en Allemagne, puis en Espagne, en Belgique, en Pologne et au Royaume-Uni). A terme, General Motors veut réduire de 30 % des coûts de fonctionnement d’Opel.

Le gouvernement allemand avait soutenu le rachat d’Opel par Magna et avait accordé un prêt de 1,5 milliard d’euros à General Motors. Il reste 900 millions à restituer, ce que General Motors s’est engagé à faire. Le plan de reprise devait assurer la pérennité des sites de production européens et notamment des sites allemands.

Ce revirement s’explique par la reprise des ventes de General Motors aux Etats-Unis et par son souhait de conserver le site laboratoire du groupe de Rüsselsheim (Hesse) où des recherches avancées ont été menées sur les véhicules hybrides.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP

Articles
Le Figaro :  » General Motors renonce à céder Opel « 
La Croix :  » GM inflige un revers cinglant à l’Allemagne « 
Les Echos :  » Le revirement de GM sur la vente d’ Opel déclenche l’ire du gouvernement allemand « 
Les Echos :  » Le surprenant épilogue d’une stratégie illisible « 
LeJDD.fr :  » Opel: Les raisons d’une volte-face « 
NYT :  » G.M. Decides to Keep Opel, Its European Unit « 
NYT :  » Germans Angry Over G.M. Decision to Keep Opel « 
WSJ :  » GM May Save an Opel Plant « 
Les Echos :  » Chronologie : le long feuilleton Opel « 

Jeudi 29 octobre 2009. Les Etats-Unis sont sortis de la récession

Selon la première estimation officielle du PIB américain au 3e trimestre, les Etats-Unis sont sortis de la récession durant l’été : +3,5 % en rythme annuel par rapport au trimestre précédent.

Les Etats-Unis ont traversé quatre trimestres consécutifs de recul de leur PIB, la plus longue récession depuis la crise des années 1930. La reprise est consécutive à celle de la consommation des ménages, qui a progressé de 3,4 % par rapport au printemps, et de l’investissement (ménages et entreprises), qui, après 7 trimestres à la baisse, a progressé de 11,5 %. Seul le commerce extérieur tire encore le PIB vers le bas (- 0,53 %).

Le taux de chômage a atteint 9,8 % en septembre 2009 contre 4,7 % en septembre 2007.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP et Reuters
AFP sur Les Echos

Articles
NYT  :  » U.S. Economy Started to Grow Again in the Third Quarter « 
WSJ :  » GDP Expanded 3.5% in 3rd Quarter « 
BBC :  » US economy is growing once again « 
LeFigaro.fr :  » Les Etats-Unis sortent de la récession « 

Mardi 29 septembre 2009. Tirs de missiles en Iran à la veille de négociations

L’Iran a procédé hier lundi 28 septembre 2009 à des tirs de missiles de longue portée, capables d’atteindre Israël, une partie de l’Europe et les bases américaines dans le golfe persique. Cet essai a eu lieu un jour après le lancement de missiles à courte et moyenne portée.

Les missiles étaient des Shabab III et, pour la première fois, des Sejil-2. Le Shabab III, à carburant liquide, est d’une portée moyenne de 1500 kilomètres. C’est un missile qui avait été initialement fourni à l’Iran par la Corée du Nord. Le Sejil-2, à carburant solide, est plus sophistiqué avec deux étages et deux moteurs. Il peut être plus facilement transporté et assemblé.

Les premiers essais iraniens de missiles à longue portée remontent au mois de juillet 2008. D’autres tests on eu lieu ensuite en novembre 2008 et en mai 2009.

Lors du sommet du G20 qui s’est tenu à Pittsburgh la semaine dernière, les présidents américain et français et le premier ministre britannique avaient mis l’Iran en demeure de négocier d’ici fin 2009 sur ses activités nucléaires. Ils ont fait admettre à l’Iran que le pays cachait une seconde installation d’enrichissement d’uranium, alors que le Conseil de sécurité des Nations unies l’enjoint à cesser ses activités d’enrichissement. Ce second site devrait être prochainement visité par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Les tirs ont eu lieu avant une rencontre sans précédent entre l’Iran et le Conseil de sécurité des Nations Unies, prévue pour le jeudi 1er octobre, où de nouvelles sanctions contre l’Iran pourraient être décidées.

Références
Dépêches
AFP sur Google
LeMonde.fr avec AFP

Articles
NYT :  » Iran Test-Fires Missiles That Put Israel in Range « 
BBC :  » Iran tests longest range missiles « 
WSJ :  » U.S., Allies Seek New Ways to Sanction Iran « 
RFI :  » Pierre Razoux : «Les Iraniens veulent une négociation globale pour légitimer leur régime» « 
LeJDD.fr :  » L’Iran défie le monde « 

Vendredi 25 septembre 2009. Le G20 va remplacer le G8

La Maison Blanche a annoncé aujourd’hui que le G20 va être pérennisé pour remplacer le G8, et devenir le  » principal Forum économique mondial « . Cette annonce a eu lieu alors que le G20 se réunissait dans la ville américaine de Pittsburgh.

Le G8 était composé de l’Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Italie, du Japon et de la Russie. Le G20 compte de plus l’Argentine, l’Australie, le Brésil, la Chine, l’Union européenne, l’Inde, l’Indonésie, le Mexique, l’Arabie Saoudite,  l’Afrique du Sud,la Corée du Sud et la Turquie. Ces pays représentent 85 % du produit intérieur brut (PIB) mondial (mais seulement 60 % de la population).

Le G20 a été imaginé en 1999 à la suite de la crise financière asiatique. Des représentants du G20 se sont réunis pour la première fois en 2008. Son objet sera désormais de développer une croissance durable dans le monde. La fréquence des réunions et le nombre d’invités reste à déterminer.

Le G20 se réunira la prochaine fois au Canada, en 2010.

Références
Dépêches
AFP sur Libération.fr

Articles
Le Figaro :  » Le G7 laisse la place au G20 en tant que directoire de l’économie mondiale « 
Le Monde :  » Vers un poids plus grand des pays émergents dans la gestion de l’économie mondiale « 
Le Figaro :  » Le G20 réforme le FMI : une victoire pour la Chine « 
LeJDD.fr :  » G20: Bonus encadrés mais… « 
BBC :  » Emerging economies get new role « 

Document
Une infographie sur le poids des pays du G30 dans l’économie mondiale, sur le site de La Croix

Vendredi 18 septembre 2009. Les Etats-Unis repensent leur bouclier antimissile

Le président américain Barack Obama a annoncé hier jeudi 17 septembre renoncer au projet de bouclier antimissile imaginé par Bill Clinton et conçu par l’administration Bush après avoir réexaminé la réalité des menaces contre les Etats-Unis et leurs pays alliés. Selon un accord signé en août 2008, celui-ci prévoyait d’implanter d’ici à 2012 une station radar en République tchèque et dix lanceurs de missiles d’interception en Pologne, en liaison avec les détecteurs déjà en place en Alaska, au Groenland et au Royaume-Uni. Ils étaient officiellement destinés en premier lieu à intercepter les missiles de longue portée (plus de 5000 km) lancés par des  » Etats voyous « , au premier rang desquels l’Iran.

Le bouclier antimissile avait été largement critiqué aux Etats-Unis pour son coût élevé et son efficacité non démontrée. Il l’avait été aussi par la Russie, qui voyait en lui une atteinte à sa sécurité.

Il sera remplacé par un nouveau système de défense antimissile que Barack Obama veut plus efficace, plus rapide et moins coûteux. Des missiles conçus pour détruire des missiles à courte et moyenne portée pourraient être déployés en République tchèque et en Pologne à partir de 2015. Des missiles intercepteurs pourraient par ailleurs être installés sur des navires et dans des bases en Turquie, en Israël et dans les Balkans.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec Reuters
20Minutes.fr avec agences
LeJDD.fr avec Europe1.fr avec Reuters

Articles
Le Figaro :  » Washington recule sur le bouclier antimissile « 
NYT :  » White House Scraps Bush’s Approach to Missile Shield « 
NYTimes :  » Putin Applauds ‘Brave’ U.S. Decision on Missile Defense « 
NYTimes :  » New Missile Shield Strategy Scales Back Reagan’s Vision  »
WSJ :  » U.S. Missile U-Turn Roils Allies « 
BBC :  » Obama shelves Europe missile plan « 
Le Monde :  » Les Etats-Unis renoncent au « bouclier antimissile » « 

Mardi 15 septembre 2009. Mountazer al-Zaïdi a été libéré

Le reporter irakien Mountazer al-Zaïdi, devenu célèbre pour avoir jeté ses chaussures au visage de George W. Bush en décembre 2008, a été libéré. Il avait été condamné à trois ans de prison pour  » agression contre un dirigeant étranger « , peine réduite à un an en appel, et il a été libéré après neuf mois pour bonne conduite.

Mountazer al-Zaïdi, 30 ans, avait accompli son geste durant une conférence de presse à Bagdad. Le journaliste avait aussi traité le président américain de  » chien « , une grave insulte dans la culture arabe.

Après sa libération, il a affirmé avoir été torturé pendant sa détention. Il aurait notamment subi des coups de barre de fer, des chocs électriques et des simulations de noyades ( » waterboarding « ). Il a demandé des excuses publiques pour ce traitement au premier ministre irakien Nouri Maliki.

Il aurait reçu par ailleurs divers cadeaux de dirigeants arabes et d’autres sympathisants, ainsi que des demandes en mariage. Il a déclaré qu’il ne retournerait pas travailler pour son employeur, la chaîne de télévision Al-Baghdadia, et qu’il ne se lancerait pas non plus dans la politique.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP
LeFigaro.fr avec AFP

Articles
NYT :  » Iraqi Shoe Thrower Is Released, Claiming Torture « 
LeJDD.fr :  » Le lanceur de chaussures libéré « 
BBC :  » Iraq shoe thrower ‘was tortured’ «