Archives de Catégorie: Economie

Vendredi 27 novembre 2009. Dubaï ne peut plus honorer ses dettes

D’après l’agence Bloomberg, l’émirat de Dubaï pointe au 6e rang mondial des Etats les moins solvables de la planète : l’émirat a accumulé 80 milliards de dollars de dettes, soit 70 % de son PIB, dont environ 70 milliards dus par ses entreprises publiques. L’émirat, dépourvu de pétrole, souffre de ses investissements dans trois secteurs en crise : l’immobilier, la finance et le tourisme de luxe. Les prix de l’immobilier se sont effondrés de 47 % en un an. Le gouvernement de Dubaï a demandé à ses créanciers un moratoire de six mois sur ses remboursements. Il reste soutenu par Abu Dhabi, dont les banques viennent d’accorder des bons au Trésor à hauteur de 5 milliards de dollars (après un prêt de 10 milliards de dollars au printemps 2009). Les principales places boursières ont marqué une baisse d’environ 3 % à la suite de cette annonce.

L’une des plus importantes holding de l’émirat et sa filiale immobilière Nakheel, Dubaï World, propriétaire notamment de l’île artificielle en forme de palmier, a demandé à ses créanciers un sursis pour renégocier ses dettes : 59 milliards de dollars. Elle se déclare incapable d’effectuer ses remboursements d’ici le 30 mai.

Dubaï World est dirigée par le sultan Ahmed Ben Sulayem, un proche conseiller du du cheikh Mohammed Ben Rachid al-Maktoum. Après six ans de croissance rapide, l’économie de Dumbaï marque le pas depuis le second semestre 2008. Les banques européennes seraient liées à la dette de Dubaï à hauteur de 13 milliards de dollars.

Références
Dépêches
Reuters sur LesEchos.fr

Articles
Le Figaro :  » L’émirat de Dubaï au bord de la faillite « 
NYTimes :  » Dubai Fund Asks for Stay on Debt Payments « 
WSJ :  » Raining on Dubai’s Day at the Beach « 
BBC :  » Dubai under scrutiny after debt payment delay « 
Le Figaro :  » Les difficultés de Dubaï font plonger les marchés « 
Le Monde :  » L’éclatement de la bulle contraint Dubaï à rééchelonner d’urgence sa dette « 
Les Echos :  » L’émirat confronté à un risque de faillite « 
Le Monde :  » La défaillance de Dubaï ravive la crise financière « 

Lundi 16 novembre 2009. Pas de moratoire sur la pêche au thon

A l’issue de son assemblée générale annuelle, la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique a décidé dimanche 15 novembre 2009 de réduire l’an prochain de 40 % le quota total des prises (de 22 000 à 13 500 tonnes) et de se réserver la possibilité d’une suspension en cas d’éléments scientifiques nouveaux. La saison de pêche sera réduite de deux à un mois (15 mai au 15 juin). Les pays de la Commission se sont mis d’accord pour diviser par deux leur flotte d’ici 2011. Le moratoire immédiat demandé par les organisations écologistes n’a donc pas été retenu.

En 2007, les prises réelles auraient atteint 60 000 tonnes, contre 34 000 tonnes déclarées.

Entre 1957 et 2007, les deux tiers des stocks de thon en Méditerranée auraient disparu ; le taux serait de 82 % en Atlantique ouest entre 1970 et 2007.

La prochaine réunion de la Commission aura lieu en mars 2010.

Références

Dépêches
AFP sur Libération
LesEchos.fr avec AFP
20Minutes.fr avec agences

Articles
Le Monde :  » Thon rouge : le quota pour 2010 ne satisfait personne « 
BBC :  » Tuna body shies from fishing ban « 

Vendredi 13 novembre 2009. La zone euro sort de la récession

Selon l’Office européen des statistiques Eurostat, la zone euro est sortie de la récession au cours du troisième trimestre 2009, tirée par les exportations et la production industrielle en Allemagne. Le produit intérieur brut des 16 pays (Belgique, Allemagne, Irlande, Grèce, Espagne, France, Italie, Chypre, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Autriche, Portugal, Slovénie, Slovaquie, Finlande) a augmenté de 0,4 % après 5 trimestres consécutifs de recul (lire l’info du jour du 14 novembre 2008).

L’Allemagne et la France ont vu leur PIB progresser pour le second trimestre consécutif : +0,7 % en Allemagne et +0,3 % en France — une performance inférieure de moitié à celle espérée par les analystes.

L’Union européenne sort aussi de la récession avec un PIB en augmentation de 0,2 %, bien que le PIB anglais ait encore reculé de 0,4 %.

Il s’agit de la plus grande récession connue en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Références
Dépêches
AFP sur LesEchos.fr

Articles
NYT :  » Euro Zone Officially Out of Recession « 
WSJ :  » Euro-Zone Economy Returns to Growth « 
BBC :  » Eurozone emerges from recession « 
LeFigaro.fr :  » La zone euro est sortie de la récession « 
LeFigaro.fr :  » France : la croissance a été faible au troisième trimestre « 

Vendredi 6 novembre 2009. Plus de 10 % d’Américains au chômage

Au mois d’octobre, le taux de chômage aux Etats-Unis a grimpé de 0,4 points pour atteindre 10,2 %. C’est la première fois depuis avril 1983 que la barre des 10 % est franchie.

190 000 postes ont été supprimés au mois d’octobre. La baisse des licenciements, 13, 3 % de mois qu’en septembre, est moins rapide que prévu par les experts.

Depuis le début de la récession (décembre 2007 – été 2009, lire l’info du jour du 29 octobre 2009), il y a eu 8,2 millions de suppressions d’emplois, le taux de chômage gagnant 5,3 points.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP
AFP sur Les Echos

Articles
LeFigaro.fr :  » Le taux de chômage dépasse les 10% aux Etats-Unis « 
NYT :  » U.S. Unemployment Rate Hits 10.2%, Highest in 26 Years « 
WSJ :  » October Jobless Rate Tops 10% « 
BBC :  » US jobless rate rises to over 10% « 

Jeudi 5 novembre 2009. General Motors restructure Opel et ne le vend plus

General Motors a décidé hier mardi 3 novembre de conserver sa filiale Opel (Vauxhall au Royaume-Uni). D’après un accord conclu mi-septembre, celle-ci devait être vendue à 55 % à l’équipementier canado-autrichien Magna avec le soutien de la banque russe Sberbank et le groupe automobile Gaz. L’Américain prévoit de supprimer 10 000 postes dans une entreprise qui en emploie quelque 50 000 en Europe (la moitié en Allemagne, puis en Espagne, en Belgique, en Pologne et au Royaume-Uni). A terme, General Motors veut réduire de 30 % des coûts de fonctionnement d’Opel.

Le gouvernement allemand avait soutenu le rachat d’Opel par Magna et avait accordé un prêt de 1,5 milliard d’euros à General Motors. Il reste 900 millions à restituer, ce que General Motors s’est engagé à faire. Le plan de reprise devait assurer la pérennité des sites de production européens et notamment des sites allemands.

Ce revirement s’explique par la reprise des ventes de General Motors aux Etats-Unis et par son souhait de conserver le site laboratoire du groupe de Rüsselsheim (Hesse) où des recherches avancées ont été menées sur les véhicules hybrides.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP

Articles
Le Figaro :  » General Motors renonce à céder Opel « 
La Croix :  » GM inflige un revers cinglant à l’Allemagne « 
Les Echos :  » Le revirement de GM sur la vente d’ Opel déclenche l’ire du gouvernement allemand « 
Les Echos :  » Le surprenant épilogue d’une stratégie illisible « 
LeJDD.fr :  » Opel: Les raisons d’une volte-face « 
NYT :  » G.M. Decides to Keep Opel, Its European Unit « 
NYT :  » Germans Angry Over G.M. Decision to Keep Opel « 
WSJ :  » GM May Save an Opel Plant « 
Les Echos :  » Chronologie : le long feuilleton Opel « 

Jeudi 29 octobre 2009. Les Etats-Unis sont sortis de la récession

Selon la première estimation officielle du PIB américain au 3e trimestre, les Etats-Unis sont sortis de la récession durant l’été : +3,5 % en rythme annuel par rapport au trimestre précédent.

Les Etats-Unis ont traversé quatre trimestres consécutifs de recul de leur PIB, la plus longue récession depuis la crise des années 1930. La reprise est consécutive à celle de la consommation des ménages, qui a progressé de 3,4 % par rapport au printemps, et de l’investissement (ménages et entreprises), qui, après 7 trimestres à la baisse, a progressé de 11,5 %. Seul le commerce extérieur tire encore le PIB vers le bas (- 0,53 %).

Le taux de chômage a atteint 9,8 % en septembre 2009 contre 4,7 % en septembre 2007.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP et Reuters
AFP sur Les Echos

Articles
NYT  :  » U.S. Economy Started to Grow Again in the Third Quarter « 
WSJ :  » GDP Expanded 3.5% in 3rd Quarter « 
BBC :  » US economy is growing once again « 
LeFigaro.fr :  » Les Etats-Unis sortent de la récession « 

Vendredi 25 septembre 2009. Le G20 va remplacer le G8

La Maison Blanche a annoncé aujourd’hui que le G20 va être pérennisé pour remplacer le G8, et devenir le  » principal Forum économique mondial « . Cette annonce a eu lieu alors que le G20 se réunissait dans la ville américaine de Pittsburgh.

Le G8 était composé de l’Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Italie, du Japon et de la Russie. Le G20 compte de plus l’Argentine, l’Australie, le Brésil, la Chine, l’Union européenne, l’Inde, l’Indonésie, le Mexique, l’Arabie Saoudite,  l’Afrique du Sud,la Corée du Sud et la Turquie. Ces pays représentent 85 % du produit intérieur brut (PIB) mondial (mais seulement 60 % de la population).

Le G20 a été imaginé en 1999 à la suite de la crise financière asiatique. Des représentants du G20 se sont réunis pour la première fois en 2008. Son objet sera désormais de développer une croissance durable dans le monde. La fréquence des réunions et le nombre d’invités reste à déterminer.

Le G20 se réunira la prochaine fois au Canada, en 2010.

Références
Dépêches
AFP sur Libération.fr

Articles
Le Figaro :  » Le G7 laisse la place au G20 en tant que directoire de l’économie mondiale « 
Le Monde :  » Vers un poids plus grand des pays émergents dans la gestion de l’économie mondiale « 
Le Figaro :  » Le G20 réforme le FMI : une victoire pour la Chine « 
LeJDD.fr :  » G20: Bonus encadrés mais… « 
BBC :  » Emerging economies get new role « 

Document
Une infographie sur le poids des pays du G30 dans l’économie mondiale, sur le site de La Croix

Vendredi 11 septembre 2009. Le projet d’une  » taxe carbone  » en France

Le président français Nicolas Sarkozy a dévoilé hier son projet de  » taxe carbone  » sur la consommation de gaz, de pétrole et de charbon, qu’il compte appliquer dès 2010. Il a fixé le prix de la tonne émise de dioxyde de carbone à 17 euros. Une commission d’experts dirigée par Michel Rocard avait prôné un montant de 32 euros. L’idée de cette taxe est apparue en 2007, pendant la campagne présidentielle de Nicolas Hulot. D’après un sondage IFOP, 65 % des Français y sont opposés.

L’impact sur les prix devrait être de 4,5 centimes d’euros par litre de fioul et de gasoil, de 4 centimes par litre d’essence, de 0,4 centime par kilowattheure de gaz. La taxe ne s’appliquera pas sur les tarifs d’électricité, celle-ci étant majoritairement d’origine nucléaire en France.

Les rentrées d’argent seront restituées par une réduction de l’impôt sur le revenu (ou un  » chèque vert  » pour les foyers non imposables), dont le niveau dépendra du lieu de résidence et du nombre d’enfants. Rien n’est prévu en revanche pour les entreprises, hormis pour les transporteurs, les pêcheurs et les agriculteurs, avec qui des consultations vont être engagées.

On estime que la taxe portera sur 70 % des émissions de carbone et qu’elle fera transiter 4,3 milliards d’euros par les caisses de l’Etat.

Références
Dépêches
AFP sur La Croix
AP sur WSJ

Articles
RFI :  » Le président fixe le montant de la taxe carbone « 
Le Monde :  » L’Elysée parie sur une taxe carbone fiscalement neutre mais efficace « 
LeFigaro.fr :  » Sarkozy fixe le prix de départ de la taxe carbone à 17 euros « 
BBC :  » France set to impose carbon tax « 
Les Echos :  » La taxe carbone en neuf questions « 
Le Figaro :  » Taxe carbone : une ponction d’un côté, un chèque de l’autre « 
LeJDD.fr :  » Taxe carbone, les entreprises aussi « 

Document
La vidéo du discours de Nicolas Sarkozy

Mardi 8 septembre 2009. La Suisse est le pays le plus compétitif du Monde

Selon le rapport annuel du World Economic Forum (le Forum de Davos) publié aujourd’hui, la Suisse est devenue le pays le plus compétitif au monde. Elle détrône les Etats-Unis, qui occupent désormais la deuxième place — et même la 93e (contre 66e auparavant) sur le critère de la stabilité macroéconomique.

La seule entrée parmi les 20 premiers est la Nouvelle-Zélande. La France reste au 16e rang. Les premiers pays émergents ont tous amélioré leur productivité : Brésil (56e), Inde (94e) et Chine (29e)

Cent-dix paramètres sont pris en compte dans cette étude : un mélange de critères quantitatifs comme le taux d’inflation, le déficit public, la durée de vie, le pourcentage de femmes au travail, etc. et de critères qualitatifs résultant d’un sondage auprès de 13 000 hommes d’affaires dans 133 pays. Les critères financiers ne représentent donc qu’une petite partie de l’ensemble.

Le classement : Rang pour 09-10/Pays/Rang pour 2008–2009 (© 2009 World Economic Forum)

  • 1-Switzerland-2
  • 2-United States-1
  • 3-Singapore-5
  • 4-Sweden-4
  • 5-Denmark-3
  • 6-Finland-6
  • 7-Germany-7
  • 8-Japan-9
  • 9-Canada-10
  • 10-Netherlands-8
  • 11-Hong Kong SAR-11
  • 12-Taiwan, China-17
  • 13-United Kingdom-12
  • 14-Norway-15
  • 15-Australia-18
  • 16-France-16
  • 17-Austria-14
  • 18-Belgium-19
  • 19-Korea, Rep.-13
  • 20-New Zealand-24
  • 21-Luxembourg-25
  • 22-Qatar-26
  • 23-United Arab Emirates-31
  • 24-Malaysia-21
  • 25-Ireland-22
  • 26-Iceland-20
  • 27-Israel-23
  • 28-Saudi Arabia-27
  • 29-China-30
  • 30-Chile-28
  • 31-Czech Republic-33
  • 32-Brunei Darussalam-39
  • 33-Spain-29
  • 34-Cyprus-40
  • 35-Estonia-32
  • 36-Thailand-34
  • 37-Slovenia-42
  • 38-Bahrain-37
  • 39-Kuwait-35
  • 40-Tunisia-36
  • 41-Oman-38
  • 42-Puerto Rico-41
  • 43-Portugal-43
  • 44-Barbados-47
  • 45-South Africa-45
  • 46-Poland-53
  • 47-Slovak Republic-46
  • 48-Italy-49
  • 49-India-50
  • 50-Jordan-48
  • 51-Azerbaijan-69
  • 52-Malta-52
  • 53-Lithuania-44
  • 54-Indonesia-55
  • 55-Costa Rica-59
  • 56-Brazil-64
  • 57-Mauritius-57
  • 58-Hungary-62
  • 59-Panama-58
  • 60-Mexico-60
  • 61-Turkey-63
  • 62-Montenegro-65
  • 63-Russian Federation-51
  • 64-Romania-68
  • 65-Uruguay-75
  • 66-Botswana-56
  • 67-Kazakhstan-66
  • 68-Latvia-54
  • 69-Colombia-74
  • 70-Egypt-81
  • 71-Greece-67
  • 72-Croatia-61
  • 73-Morocco-73
  • 74-Namibia-80
  • 75-Vietnam-70
  • 76-Bulgaria-76
  • 77-El Salvador-79
  • 78-Peru-83
  • 79-Sri Lanka-77
  • 80-Guatemala-84
  • 81-Gambia, The-87
  • 82-Ukraine-72
  • 83-Algeria-99
  • 84-Macedonia, FYR-89
  • 85-Argentina-88
  • 86-Trinidad and Tobago-92
  • 87-Philippines-71
  • 88-Libya-91
  • 89-Honduras-82
  • 90-Georgia-90
  • 91-Jamaica-86
  • 92-Senegal-96
  • 93-Serbia-85
  • 94-Syria-78
  • 95-Dominican Republic-98
  • 96-Albania-108
  • 97-Armenia-97
  • 98-Kenya-93
  • 99-Nigeria-94
  • 100-Tanzania-113
  • 101-Pakistan-101
  • 102-Suriname-103
  • 103-Benin-106
  • 104-Guyana-115
  • 105-Ecuador-104
  • 106-Bangladesh-111
  • 107-Lesotho-123
  • 108-Uganda-128
  • 109-Bosnia and Herzegovina-107
  • 110-Cambodia-109
  • 111-Cameroon-114
  • 112-Zambia-112
  • 113-Venezuela-105
  • 114-Ghana-102
  • 115-Nicaragua-120
  • 116-Côte d’Ivoire-110
  • 117-Mongolia-100
  • 118-Ethiopia-121
  • 119-Malawi-119
  • 120-Bolivia-118
  • 121-Madagascar-125
  • 122-Tajikistan-116
  • 123-Kyrgyz Republic-122
  • 124-Paraguay-124
  • 125-Nepal-126
  • 126-Timor-Leste-129
  • 127-Mauritania-131
  • 128-Burkina Faso-127
  • 129-Mozambique-130
  • 130-Mali-117
  • 131-Chad-134
  • 132-Zimbabwe-133
  • 133-Burundi-132

Références
Dépêches
LeFigaro.fr avec AFP

Articles
Le Monde :  »  Compétitivité : la crise fait trébucher les Etats-Unis au profit de la Suisse « 
Les Echos :  » L’économie américaine n’est plus la plus compétitive du monde « 

Document
Le rapport sur le site du World Economic Forum

Lundi 13 juillet 2009. Le nouveau General Motors

Le constructeur automobile américain General Motors (GM) a annoncé vendredi 10 juillet 2009 la naissance d’une nouvelle entreprise, sortie du régime des faillites, dont les actifs sont détenus à 60,8 % par l’Etat américain, 11,7 % par l’Etat canadien, 17,5 % par le syndicat automobile américain UAW et 10 % par les créanciers. GM avait déposé le bilan le 1er juin 2009 (lire l’info du jour du 1er juin 2009).

Les gouvernements américain et canadien ont injecté 60 milliards de dollars dans GM depuis décembre 2008. 6 000 emplois seront supprimés d’ici octobre et le nombre de dirigeants réduit de 35 % (soit environ 400 personnes sur 1 300). GM va fonctionner avec 27 000 employés et 13 usines de moins aux Etats-Unis qu’un an auparavant. L’objectif est de rembourser les prêts gouvernementaux à l’horizon 2015.

Fritz Henderson, directeur général de GM, a annoncé que le groupe va se recentrer sur quatre marques : Buick, Cadillac, Chevrolet et GMC. Les autres marques comme Saab ou Hummer seront vendues.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP, Reuters et AP

Articles
NYTimes :  » G.M. Vow to Slim Includes Top Ranks « 
E24 :  » Sortie de faillite pour General Motors « 
WSJ :  » GM Takes New Direction « 
BBC :  » Leaner GM emerges from bankruptcy «