Archives de Catégorie: Politique

Vendredi 20 novembre 2009. Herman Van Rompuy, premier président du Conseil européen

Le premier ministre belge Herman Van Rompuy a été choisi jeudi 19 novembre 2009 pour occuper le poste de président permanent du Conseil européen. La Britannique, commissaire européenne au commerce, Catherine Ashton a été désignée comme haut représentant de l’Union aux affaires étrangères et à la politique de sécurité. Le choix a été fait à l’unanimité des 27 chefs d’Etat ou de gouvernement réunis à Bruxelles. Les deux personnalités sont respectées mais peu connues hors de leur pays.

Agé de 62 ans, Herman Van Rompuy a été choisi pour sa  » capacité à ramener la stabilité dans son pays  » au poste de premier ministre qu’il occupait depuis le 30 décembre 2008 (lire l’info du jour du 23 décembre 2008). Cet économiste a été ministre belge du budget de 1993 à 1999 et a fait entrer la Belgique dans la zone euro. Chrétien-démocrate flamand, il est considéré comme intellectuel, modéré et atlantiste. Il prendra ses fonctions le 1er janvier 2010, pour un mandat de deux ans et demi, renouvelable une fois.

Agée de 53 ans et également économiste, Catherine Ashton a rejoint l’exécutif communautaire il y a un an, après avoir occupé, en Grande Bretagne, les postes de secrétaire d’Etat à l’éducation puis aux affaires constitutionnelles et à la justice. Elle a été choisie car c’est une femme, socialiste, et venant d’un pays à tradition diplomatique. Elle devra être approuvée par les députés européens pour un mandant de cinq ans.

Références
Dépêches
AFP sur Libération.fr
LeParisien.fr avec AFP
LeJDD.fr avec Reuters

Articles
La Croix :  » Herman Van Rompuy et Catherine Ashton, les nouveaux noms de l’Europe « 
Le Figaro :   » Herman Van Rompuy, le nouveau visage de l’Europe « 
Les Echos :  » Le Belge Herman Van Rompuy devient le premier président du Conseil européen « 
NYTimes :  » Low-Profile Leaders Chosen for Top European Posts « 
WSJ :  » Low-Profile Picks Take EU Posts « 
BBC :  » Profile: First EU President Herman van Rompuy « 
RFI :  » Un nouveau couple dans l’Union « 
Le Figaro :  » Le Belge Van Rompuy va présider l’Europe « 

Publicités

Vendredi 30 octobre 2009. Jacques Chirac devra répondre devant un tribunal

L’ancien président de la République Jacques Chirac, 76 ans, a été renvoyé aujourd’hui devant de le tribunal correctionnel. Il est accusé d’avoir détourné des fonds publics pour des emplois supposés fictifs à la Ville de Paris entre 1994 et 1995, et d' »abus de confiance  » entre 1992 et 1994 « , alors qu’il était maire de la capitale — les faits antérieurs à 1992 sont prescrits. C’est la première fois sous la Ve République : le dernier chef d’Etat français à avoir comparu devant un tribunal était le maréchal Henri Philippe Pétain, accusé en 1945 de trahison et de collaboration avec les Nazis.

L’instruction visait au départ 43 emplois de  » chargés de mission  » sur la période 1983-1998. La juge Xavière Siméoni n’en a finalement retenu que 13. Jacques Chirac avait été mis en examen le 21 novembre 2007 dans ce dossier. Jacques Chirac a alors endossé la responsabilité de ces embauches mais a nié toute malversation. Aucune trace écrite impliquant l’ancien président n’a été produite au cours de l’instruction. Le total des sommes indues serait compris entre 3,5 et 5 milions d’euros.

Neuf autres personnes sont renvoyées devant le tribunal, dont deux directeurs de cabinet (Michel Roussin et Rémy Chardon) et plusieurs bénéficiaires présumés : l’ancien patron du syndicat FO Marc Blondel, l’ancien député RPR Jean de Gaulle, l’ancien député européen François Musso, François Debré (frère du président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré), Marie-Thérèse Poujade (épouse de l’ancien maire RPR de Dijon Robert Poujade), Pierre Boué, et l’ancien inspecteur des impôts Jean-Claude Mestre.

En théorie, Jacques Chirac risque jusqu’à 10 ans de prison det 150 000 euros d’amende pour le détournement de fonds publics et trois ans de prison et 375 00 euros d’amende pour l’abus de confiance.

Références
Dépêches
LaCroix.com avec AFP
LeFigaro.fr avec AFP et AP
AFP sur Libération
LeMonde.fr avec AFP ( » Les dix personnes renvoyées devant la justice « )

Articles
NYT :  » Chirac Ordered to Face Trial in France « 
WSJ :  » Former French President to Stand Trial « 
RFI :  » Jacques Chirac, premier ex-président renvoyé devant un tribunal « 
LeFigaro.fr :  » Emplois fictifs : Chirac renvoyé devant la justice « 
Le Monde :  » Le renvoi de Jacques Chirac devant la justice : une première sous la Ve « 
LeJDD.fr :  » Jacques Chirac sera jugé « 

Mercredi 28 octobre 2009. Un an de prison ferme pour Charles Pasqua

Le sénateur et ancien ministre de l’intérieur (de 1986 à 1988) Charles Pasqua, 82 ans, a été condamné mardi 27 octobre à trois ans de prison dont deux avec sursis et 100 000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Paris. Il a été reconnu coupable de  » trafic d’influence  » dans l’affaire de ventes d’armes de guerre à l’Angola dans les années 1990, dite  » Angolagate « .

De 1993 à 1998, des armes provenant de l’ex-bloc soviétique ont été vendues à l’Angola, alors en guerre civile et sous embargo de l’ONU, sans autorisation de l’Etat français. Le montant total des ventes aurait atteint 790 millions de dollars. Charles Pasqua aurait perçu 225 000 euros pour son association France-Afrique-Orient en échange de l’attribution de l’ordre national du mérite à Arcadi Gaydamak, l’un des principaux acteurs de la vente d’armes. Charles Pasqua fera appel de la décision et a demandé une levée du secret-défense sur les ventes d’armes à cette époque pour prouver que l’Etat était au courant de ces ventes. Il accuse implicitement l’ancien président Jacques Chirac d’être à l’origine de ses soucis judiciaires.

Quarante-deux personnes étaient accusées d’implication dans le trafic d’armes. D’autres ont été condamnées : les deux auteurs des ventes Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak (6 ans de prison ferme), Jean-Charles Marchiani, ancien préfet du Var (3 ans de prisons dont 21 mois avec sursis), Jean-Christophe Mitterrand (deux ans avec sursis et 375 000 euros), le romancier Paul-Loup Sulitzer (15 mois avec sursis et 100 000 euros), l’avocat Allain Guilloux (trois ans dont deux avec sursis et 500 000 euros). Le consultant Jacques Attali et le magistrat Georges Frenech ont été relaxés.

Références
Dépêches
AFP sur La Croix
LeMonde.fr avec AFP
LeMonde.fr avec Reuters

Articles
NYT :  » French Power Elite Face a Fall From Grace « 
LeFigaro.fr :  » Angolagate : condamné à un an ferme, Pasqua riposte « 
LeJDD.fr :  » Pasqua mouille Chirac « 
RFI :  » Angolagate : Pasqua réclame la levée du secret-défense »
LeFigaro.fr :  » Angolagate : les principales peines « 
20 Minutes.fr :  » Charles Pasqua et la justice, une histoire à tiroirs « 
Le Figaro :  » Fin de parcours pour «le terrible M. Pasqua» « 

Lundi 26 octobre 2009. Un cinquième mandat pour Ben Ali en Tunisie

Zine El Abidine Ben Ali a été élu pour un cinquième mandat de 5 ans à la tête de la Tunisie dimanche 25 octobre. Il a remporté l’élection avec 89,62 % des suffrages exprimés. Le taux de participation a été de 89,45 % (sur 5,29 millions d’inscrits).  C’était la troisième élection pluraliste depuis l’indépendance de la Tunisie, ex-protectorat français, en 1956.

Ben Ali, 73 ans, est le président au pouvoir en Tunisie depuis 22 ans. Il est arrivé au pouvoir après avoir écarté pour  » sénilité  » le premier président de la Tunisie indépendante, Habib Bourguiba. Il est soutenu par le parti au pouvoir, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RDC). C’est la première fois qu’il descend sous la barre des 90 % des suffrages.

Il a devancé deux candidats jugés proches du pouvoir Mohamed Bouchiha (5,01%) et Ahmed Inoubli (3,80%), et un opposant de gauche, Ahmed Brahim (1,57%).

Des observateurs sur le terrain ont fait état d’une faible mobilisation dans une atmosphère répressive.

Références
Dépêches
LeFigaro.fr avec AFP et AP
Reuters sur NYT
LeMonde.fr avec AFP

Articles
RFI :  » Victoire sans surprise de Ben Ali « 
BBC :  » Tunisian president in fifth win « 
LeJDD.fr :  » Ben Ali, sans surprise… « 
LeJDD.fr :  » Souhayr Belhassen : « Ben Ali a choisi d’être sous la barre des 90% » « 

Lundi 28 septembre 2009. Angela Merkel reconduite à la tête de l’Allemagne

Les 62,2 millions d’électeurs allemands votaient hier dimanche 27 septembre pour élire la nouvelle assemblée du Bundestag. La chancelière Angela Markel, 55 ans, est assurée d’être reconduite pour un mandat de 4 ans. Elle a annoncé qu’elle allait former une coalition avec les libéraux allemands et non plus avec les sociaux démocrates comme auparavant.

Avec 33,5 % des voix, les partis conservateurs CDU et CSU ont cependant réalisé un score inférieur à celui de 2005 (35,2 %), déjà considéré comme une contre-performance. Leur alliés dans la coalition, les libéraux du FDP, ont réalisé en revanche un score historique de 15 %. Ensemble, ils occuperont 332 sièges sur 622 au Bundestag.

Les sociaux-démocrates ont réalisé leur plus mauvais score depuis 1949, avec 23 % des voix.

La participation a été historiquement basse : 72,5 %, soit encore moins que lors du précédent scrutin (77,7 %).

Références
Dépêches
La-Croix.com avec AFP
AFP sur Libération.fr

Articles
Les Echos :  » Merkel reconduite à la tête de l’Allemagne avec les libéraux « 
NYT :  » Victory Brings Risk of Conflict With Merkel’s Allies « 
BBC :  » Merkel pledges speedy transition « 
RFI :  » La CDU rafle la mise « 
Le Monde :  » Angela Merkel remporte une victoire en demi-teinte « 
Le Figaro :  » Merkel aborde son second mandat en position de force »
La Croix :  » Angela Merkel, itinéraire d’une femme puissante « 

Mercredi 16 septembre 2009. José Manuel Barroso réélu président de la Commission européenne

Le conservateur José Manuel Barroso, 53 ans, ancien premier ministre du Portugal, a été réélu pour cinq ans président de la Commission européenne. Unique candidat à cette élection, il a reçu 382 voix sur 718 bulletins exprimés (219 contre et 117 abstentions; la majorité absolue est à 369 voix). Cette élection clôt une campagne qui avait commencé après les élections européennes du 7 juin 2009 (lire l’info du jour du 8 juin 2009).

José Manuel Barroso a été critiqué pour son bilan, jugé trop maigre à la suite de prises de positions trop consensuelles. En 2004, il avait recueilli 413 voix pour sa première élection. Il souhaitait être réinvesti lors de la première session parlementaire en juillet, mais l’opposition a exigé de lui un programme plus structuré.

Ce programme contient désormais une cinquantaine de pages d’orientations générales. On retrouve des propositions destinées à satisfaire les aspirations des différents groupes politiques : le temps de travail, l’équité salariale, la lutte contre le dumping social, la création d’un commissaire aux droits fondamentaux, d’un autre pour le climat, et encore d’un aux affaires intérieures et à la migration.

Références
Dépêches
AFP sur France24
LeMonde.fr avec AFP et Reuters
AFP sur La Croix

Articles
Le Figaro :  » Barroso réélu président de la Commission européenne « 
LeJDD.fr :  » Barroso reconduit sans surprise « 
NYT :  » Barroso Wins Second Term as E.U. Chief « 
WSJ :  » EU Backs Barroso for Second Term as Commission President « 
RFI :  » Barroso presque assuré de sa réélection « 
Le Figaro :  » Barroso devrait être réélu ce mercredi sans conviction « 

Jeudi 3 septembre 2009. Ali Bongo élu président du Gabon

Avec 41,73 % des suffrages (141 952 voix), Ali Bongo a été élu président du Gabon selon les résultats révélés aujourd’hui. L’élection, un vote à un seul tour, s’est déroulée dimanche 30 août 2009.

Ali Ben Bongo (Ali-Bernard Bongo avant sa conversion à l’islam en 1982), 50 ans, est le fils d’Omar Bongo, décédé en juin dernier après avoir dirigé son pays durant 42 ans (lire l’info du jour du 9 juin 2009). Il a occupé les postes de ministre des affaires étrangères et de ministre de la défense.

Les trois principaux candidats (parmi les 18 qui s’étaient présentés), Ali Bongo, Pierre Mamboundou (25,22 % des suffrages) et André Mba Obale (25,88%) avaient tous les trois revendiqué la victoire. L’opposition affirme posséder des des procès-verbaux du vote démentant la victoire d’Omar Bongo. Des incidents ont éclaté avant même la proclamation des résultats. Le consulat de France à Port-Gentil, la capitale économique du pays et fief historique de l’opposition, a été incendié. Pierre Mamboundou aurait été blessé lors d’échauffourées entre des opposants et l’armée à Libreville.

Références
Dépêches
LeFigaro.fr avec AFP

Articles
Le Monde :  » Gabon : Ali Bongo élu « 
Le Monde :  » Au Gabon, les opposants à Ali Bongo dénoncent la fraude organisée par le pouvoir « 
Le Figaro :  » Ali Bongo, «M. Fils» s’est fait un nom « 
RFI :  » Ali Bongo vainqueur de la présidentielle « 
BBC :  » Bongo wins disputed Gabon ballot « 
LeMonde.fr :  » Gabon : premiers incidents dès l’annonce des résultats «