Archives de Catégorie: Sciences

Lundi 7 décembre 2009. Ouverture du sommet de Copenhague sur le climat

Aujourd’hui commence la 15e conférence sur climat sous l’égide des Nations Unies. Elle durera 15 jours.

On attend à Copenhague, la capitale du Danemark, plus de 30 000 personnes, 192 pays et une centaine de chefs d’Etat (dont Barack Obama, lire l’info du jour du 26 novembre 2009, qui viendra finalement en fin de sommet avec les autres chefs d’Etat).

Le but de ce sommet est de donner une suite au protocole de Kyoto, signé en 1997, dédié à la réduction les émissions de gaz à effet de serre. Son bilan est mitigé : l’Europe devrait tenir son objectif de – 8% d’ici 2012 mais ce ne sera pas le cas d’autres pays comme le Canada (+ 26 %) ou la Nouvelle-Zélande (+ 22 %). Les Etats qui n’auront pas respecté leurs engagements seront théoriquement soumis à des sanctions. Il n’avait pas été ratifié par les Etats-Unis et n’impliquait pas les pays émergents (alors que depuis la Chine a dépassé les Etats-Unis en terme d’émetteur de CO2).

A Copenhague, l’objectif est de mettre en œuvre les moyens pour limiter le réchauffement climatique à 2°C d’ici la fin du XXIe siècle, ce qui passe par une division par 2 des émissions planétaires de gaz à effet de serre d’ici 2050. Mais les pays sont divisés par leur approche du problème et leurs engagements.

Références
RFI :  » Sommet de Copenhague : deux semaines pour sauver le climat « 
La Croix :  » Le monde réuni pour enrayer le changement climatique « 
La Croix :  » Les quatre enjeux de Copenhague « 
La Croix :  » Historique des négociations sur le climat « 
Le Figaro :  » Copenhague : état d’urgence pour la planète « 
Le Figaro :  » La position des grands acteurs à Copenhague « 
Les Echos :  » La conférence de Copenhague s’ouvre avec davantage d’espoirs « 
LeJDD.fr :  » Copenhague: Qui veut quoi? « 
Le Monde :  » A Copenhague, douze jours pour changer notre monde « 
BBC :  » Copenhagen summit urged to take climate change action « 
NYTimes :  » As Climate Meeting Starts, a Revival of Skepticism « 

Publicités

Jeudi 26 novembre 2009. Les Etats-Unis et la Chine se positionnent sur l’après-Kyoto

La Maison blanche a annoncé hier mercredi 25 novembre 2009 que le président américain Barack Obama se rendrait à Copenhague le 9 décembre pour le sommet des Nations unies sur le climat. Il y présentera les objectifs américains : réduire de 17 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020 en comparaison des niveaux de 2005, 30 % d’ici 2025, 53 % d’ici 2030 et 83 % d’ici 2050. Cet objectif est identique à celui du « Clean Energy and Security Act « , approuvé par les représentants en juin. En prenant pour référence l’année 1990 et non 2005, il ne correspond qu’à une réduction de 4 % d’ici à 2020 et 22 % à l’horizon 2030.

La Chine a annoncé par ailleurs aujourd’hui qu’elle sera représentée par le premier ministre Wen Jiabao. Il y présentera la volonté de la Chine de baisser son  » intensité carbonique « , c’est-à-dire la quantité de gaz à effet de serre par point de PIB, de 40 % à 45 % d’ici 2020 par rapport à 2005. Une formulation décidée pour ne pas compromettre la croissance économique.

Les autres objectifs annoncés :
Union européenne : 20 % de réduction d’ici à 2020 (par rapport à 1990), voire 30 % en cas d’accord global.
Australie : baisse de 25 % (par rapport à 2000)
Japon : baisse de 25 % (par rapport à 1990)
Brésil : baisse de 36 % à 39 % par rapport aux prévisions de 2020.

Des délégations de 192 pays et plus de 60 chefs d’Etat doivent se rendre à Copenhague. Le sommet se déroulera du 7 au 18 décembre 2009. Il doit donner une suite au protocole de Kyoto sur les gaz à effet de serre, qui prend fin en 2012.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP, Reuters et AP
Les Echos avec AFP
LeFigaro.fr avec AFP
LeMonde.fr avec AFP et Reuters

Articles
BBC :  » Obama vows greenhouse gas emissions cuts « 
Le Monde :  » Climat : les Etats-Unis et la Chine abattent leurs cartes « 
NYTimes :  » U.S. and China to Go to Talks With Emissions Targets « 
WSJ :  » China Unveils Target for Carbon Dioxide Cuts « 

Mercredi 9 septembre 2009. La grippe franchit le seuil épidémique en France

Avec une estimation de 52 300 cas la semaine dernière, la France métropolitaine voit la grippe saisonnière franchir le seuil épidémique : 83 cas pour 100 000 habitants alors que le seuil est à 80. Le virus dominant est la grippe A (H1N1) (lire les infos du jour du 12 juin 2009 et du 9 mai 2009)

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP et Reuters
AFP sur LeFigaro
LeParisien.fr avec AFP

Article
Le Monde : Françoise Weber : « Il n’est pas indispensable d’avoir des chiffres précis »

Mercredi 20 mai 2009. 10 000 personnes contaminées par la  » grippe porcine « 

L’OMS (Organisation mondiale de la santé) a annoncé aujourd’hui que la barre des 10 000 personnes contaminées par la  » grippe porcine  » a été franchie : il y a eu 10 243 cas recensés dans 40 pays (dont plus de 5000 aux Etats-Unis et 3660 au Mexique), et 80 morts (74 au Mexique et 6 aux Etats-Unis).

D’après l’Institut français de veille sanitaire (InVS), il y aurait eu 16 cas avérés en France (dont 15 ont quitté l’hôpital) et encore 14 cas en cours d’investigation.

La majorité des derniers cas ont été enregistrés au Mexique, aux Etats-Unis et au Japon. Le Japon compte aujourd’hui 232 personnes malades et pourrait représenter un nouveau foyer pour la maladie.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP
LeMonde.fr avec AFP
LeMonde.fr avec AFP
LeParisien.fr avec AFP

Vendredi 12 décembre 2008. Accord européen sur le climat

Les 27 pays de l’Union européenne, réunis en sommet à Bruxelles les 11 et 12 décembre 2008 sous présidence française, se sont engagés à trois objectifs à l’horizon 2020 dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique :
– réduire de 20 % en moyenne des émissions de gaz à effet de serre
– porter à 20 % la part des énergies renouvelables (contre 7 % en moyenne aujourd’hui)
– réaliser 20 % d’économies d’énergie.

Chaque Etat a des contraintes propres selon ses caractéristiques énergétiques. Voici quelques exemples. La France portera sa part d’énergies renouvelables de 10 % (en 2005) à 23 % ; l’Italie à 17 %. Les centrales électriques à charbon des pays de l’Est, et en premier lieu de la Pologne, ne seront soumises qu’à 30 % de leurs quotas d’émission en 2013, pour arriver à 100 % en 2019. L’Allemagne et l’Italie ont obtenu que certains secteurs comme l’acier, la chimie ou le textile soient exemptés des quotas en 2013.

Le Parlement européen doit ratifier ce plan le 17 décembre 2008.

Références
Dépêche
AFP (sur Google)

Articles
Le Figaro :  » Les Vingt-Sept à la recherche d’une unité « 
Le Figaro :  » Les 27 parviennent à un premier accord sur le climat « 
Le Figaro :  » Un accord européen «historique» sur le climat « 
RFI :  » Un sommet, trois accords « 
Le Figaro :  » Paris lâche du lest pour boucler le paquet climat « 
RFI :  » Accord européen sur le climat « 
Le Monde :  » Environnement : les Vingt-Sept trouvent un compromis sur le climat « 

Mercredi 22 octobre 2008. L’Inde en route pour la Lune.

Chandrayaan-1 (" vaisseau lunaire 1 " en ancien sanskrit), la première navette spatiale indienne à partir pour la Lune, a été lancée ce matin depuis le centre Satish Dhawan situé au sud-est de l’Inde sur l’île de Shriharikota.

Il s’agit d’une navette téléguidée qui doit rester en orbite durant deux ans autour de la Lune. Elle a emporté cinq modules indiens et six modules étrangers destinés à l’analyse de la surface de la Lune (atlas tridimensionnel et distribution des éléments chimiques et des minéraux), ainsi qu’une sonde qui doit être lancée pour analyser l’atmosphère lunaire. La navette devrait atteindre son orbite le 8 novembre.

La navette emporte également un drapeau indien qui doit être lancé sur la Lune : si la mission réussit, l’Inde sera le quatrième pays après les Etats-Unis, la Russie et le Japon à planter son drapeau sur le sol lunaire.

Coût de la mission : autour de 60 millions d’euros en partie pris en charge par six agences spatiales internationales dont l’agence européenne (l’ESA) et la Nasa.

L’Inde prévoit de lancer une nouvelle navette téléguidée qui pourrait cette fois se poser sur la Lune en 2011, d’envoyer un homme dans l’espace en 2014 et d’envoyer une mission avec un équipage sur la Lune en 2020.

Le Japon et la Chine avaient envoyé une sonde vers la Lune fin 2007 et les deux pays prévoient également une mission habitée à l’horizon 2020.

Références
Dépêches
LeFigaro.fr avec AFP
AP (sur le site du WSJ)

Articles
Rue89 : " Après la Chine, l’Inde envoie une navette spatiale vers la Lune "
IHT : " India launches first unmanned orbiter to the moon "
RFI : " Inde : Premier pas vers la Lune "
BBC : " India launches first Moon mission "

Vendredi 10 octobre 2008. Les prix Nobel 2008.

Les prix Nobel 2008 ont été attribués cette semaine.

• Physiologie-Médecine
Les Français Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi, l’Allemand Harald zur Hausen : les deux premiers pour la découverte du virus du sida et le troisième pour celle du papillomavirus humain, responsable du cancer du col de l’utérus.

•Physique
Les Japonais Makoto Kobayashi et Toshihide Maskawa et l’Américain Yoichiro Nambu : les premiers ont découvert l’origine de la  » brisure de symétrie  » (des interactions entre des particules élémentaires, les quarks, de masses différentes), phénomène qui permet d’expliquer pourquoi l’Univers est fait de matière plutôt que d’antimatière ; le troisième a découvert un autre mécanisme, celui de la brisure  » spontanée  » à l’échelle subatomique.

• Chimie
Le Japonais Osamu Shimomura et les Américains Roger Tsien et Martin Chalfie  : le premier est à l’origine de la découverte, dans les années 1960, d’une protéine fluorescente verte sous l’action des ultra-violets chez la méduse (la GFP pour « Green Fluorescent Protein »). Les deux Américains ont mis au point des procédés à partir de cette protéine pour en faire un « marqueur », par exemple pour observer le développement de cellules nerveuses ou la dissémination de cellules cancéreuses.

• Littérature
Le Français Jean-Marie Gustave Le Clézio.

• Paix
L’ancien président finlandais Martti Ahtisaari (1994-2000), pour ses médiations notamment en Namibie, Irlande du Nord, dans les Balkans et dans la province indonésienne d’Aceh.

Références
Le site de la fondation Nobel
Un dossier sur les Nobel scientifiques sur le site de La Recherche