Archives de Tag: Europe

Vendredi 20 novembre 2009. Herman Van Rompuy, premier président du Conseil européen

Le premier ministre belge Herman Van Rompuy a été choisi jeudi 19 novembre 2009 pour occuper le poste de président permanent du Conseil européen. La Britannique, commissaire européenne au commerce, Catherine Ashton a été désignée comme haut représentant de l’Union aux affaires étrangères et à la politique de sécurité. Le choix a été fait à l’unanimité des 27 chefs d’Etat ou de gouvernement réunis à Bruxelles. Les deux personnalités sont respectées mais peu connues hors de leur pays.

Agé de 62 ans, Herman Van Rompuy a été choisi pour sa  » capacité à ramener la stabilité dans son pays  » au poste de premier ministre qu’il occupait depuis le 30 décembre 2008 (lire l’info du jour du 23 décembre 2008). Cet économiste a été ministre belge du budget de 1993 à 1999 et a fait entrer la Belgique dans la zone euro. Chrétien-démocrate flamand, il est considéré comme intellectuel, modéré et atlantiste. Il prendra ses fonctions le 1er janvier 2010, pour un mandat de deux ans et demi, renouvelable une fois.

Agée de 53 ans et également économiste, Catherine Ashton a rejoint l’exécutif communautaire il y a un an, après avoir occupé, en Grande Bretagne, les postes de secrétaire d’Etat à l’éducation puis aux affaires constitutionnelles et à la justice. Elle a été choisie car c’est une femme, socialiste, et venant d’un pays à tradition diplomatique. Elle devra être approuvée par les députés européens pour un mandant de cinq ans.

Références
Dépêches
AFP sur Libération.fr
LeParisien.fr avec AFP
LeJDD.fr avec Reuters

Articles
La Croix :  » Herman Van Rompuy et Catherine Ashton, les nouveaux noms de l’Europe « 
Le Figaro :   » Herman Van Rompuy, le nouveau visage de l’Europe « 
Les Echos :  » Le Belge Herman Van Rompuy devient le premier président du Conseil européen « 
NYTimes :  » Low-Profile Leaders Chosen for Top European Posts « 
WSJ :  » Low-Profile Picks Take EU Posts « 
BBC :  » Profile: First EU President Herman van Rompuy « 
RFI :  » Un nouveau couple dans l’Union « 
Le Figaro :  » Le Belge Van Rompuy va présider l’Europe « 

Publicités

Vendredi 13 novembre 2009. La zone euro sort de la récession

Selon l’Office européen des statistiques Eurostat, la zone euro est sortie de la récession au cours du troisième trimestre 2009, tirée par les exportations et la production industrielle en Allemagne. Le produit intérieur brut des 16 pays (Belgique, Allemagne, Irlande, Grèce, Espagne, France, Italie, Chypre, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Autriche, Portugal, Slovénie, Slovaquie, Finlande) a augmenté de 0,4 % après 5 trimestres consécutifs de recul (lire l’info du jour du 14 novembre 2008).

L’Allemagne et la France ont vu leur PIB progresser pour le second trimestre consécutif : +0,7 % en Allemagne et +0,3 % en France — une performance inférieure de moitié à celle espérée par les analystes.

L’Union européenne sort aussi de la récession avec un PIB en augmentation de 0,2 %, bien que le PIB anglais ait encore reculé de 0,4 %.

Il s’agit de la plus grande récession connue en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Références
Dépêches
AFP sur LesEchos.fr

Articles
NYT :  » Euro Zone Officially Out of Recession « 
WSJ :  » Euro-Zone Economy Returns to Growth « 
BBC :  » Eurozone emerges from recession « 
LeFigaro.fr :  » La zone euro est sortie de la récession « 
LeFigaro.fr :  » France : la croissance a été faible au troisième trimestre « 

Mardi 3 novembre 2009. La Constitution tchèque compatible avec le Traité de Lisbonne

La Cour constitutionnelle tchèque a dit aujourd’hui que le Traité de Lisbonne est compatible la Constitution du pays. C’était le dernier obstacle avant la signature du Traité par le président Vaclav Klaus et son adoption.

Bien qu’opposé au Traité, Vaclav Klaus s’est engagé à le signer la semaine dernière après que les dirigeants d’Etat européens ont promis à la République tchèque une dérogation à la charte des droits fondamentaux figurant en annexe du traité. Cette dérogation doit empêcher toute demande de restitution de biens en faveur des 2,5 millions d’Allemands expulsés de Tchécoslovaquie après la Seconde Guerre mondiale. Le Royaume-Uni et la Pologne avaient déjà bénéficié d’une dérogation similaire.

Si Vaclav Klaus signe bien l’accord, un sommet exceptionnel pourra être organisé courant novembre pour désigner le président et le ministre des affaires étrangères. Le Traité doit entrer en vigueur le 1er du mois suivant son adoption par les Etats membres de l’Union.

Il avait été signé le 13 décembre 2007 (lire l’info du jour du Jeudi 13 décembre 2007)

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP et Reuters
AFP sur Les Echos

Articles
NYT :  » Czech Court Backs New E.U. Treaty « 
WSJ :  » Klaus Signs Lisbon Treaty « 
BBC :  » Czech court clears Lisbon Treaty « 
La Croix :  » La République tchèque ouvre la voie à l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne « 
RFI :  » Les nouveautés du Traité de Lisbonne « 

Mardi 14 juillet 2009. Jerzy Buzek président du Parlement européen

En ce jour de  » rentrée  » du Parlement européen, l’ancien premier ministre polonais Jerzy Buzek a été élu à la tête du Parlement européen, l’emportant avec 555 voix contre 89 face à la Suédoise Eva-Britt Svensson. C’est la première personnalité d’un pays d’Europe de l’Est à accéder à cette fonction. Il succède à l’Allemand Hans-Gert Pöttering.

Jerzy Buzek s’est fixé trois objectifs : la résorption de la crise financière, l’indépendance énergétique de l’Europe et la lutte contre le réchauffement climatique.

La présidence du Parlement est une fonction de prestige qui consiste à gérer l’Assemblée au quotidien, mais avec une influence limitée sur son activité. Le président représente avant tout le Parlement auprès des instances internationales. Le mandat de Jerzy Buzek devrait être de deux ans et demi : les groupes conservateurs et socialistes (PPE et PSE) ont pris l’habitude de se partager la présidence à mi-mandat. C’est sans doute le socialiste allemand Martin Schultz qui lui succédera en 2012.

Agé de 69, cet ancien du syndicat Solidarnosc, membre du Parti populaire européen (PPE), est un libéral connu pour être consensuel : c’est le seul chef de gouvernement polonais à avoir tenu les quatre ans de pouvoir (entre 1997 et 2001) depuis le retour à la démocratie en Pologne.

Références
Dépêches
AFP sur Les Echos

Articles
Le Figaro :  » Jerzy Buzek, un Polonais au perchoir à Strasbourg « 
RFI :  » La rentrée des eurodéputés « 
BBC :  » Euro parliament elects new leader « 
20 Minutes :  » Le Polonais Jerzy Buzek élu président du Parlement européen « 

Mercredi 1er juillet 2009. Baisse de la TVA dans la restauration française

En France, la TVA passe aujourd’hui de 19,6 % à 5,5 % dans le secteur de la restauration (sauf pour les alcools).

En théorie les prix devraient baisser aujourd’hui de 11,8 % sur 7 produits au moins choisis dans une liste de 10 (une entrée, un menu, un plat, un dessert, un jus de fruit, un café, un thé, une infusion…). Les restaurateurs sont libres de respecter l’accord signé le 29 avril 2009 avec Hervé Novelli, secrétaire d’Etat au commerce et au tourisme, et 180 000 établissements. Ils peuvent aussi l’adapter ou l’ignorer. L’objectif est qu’un tiers de la baisse profite au client et deux tiers au restaurateur afin qu’il puisse embaucher, augmenter les salaires, ou se moderniser.

La mesure doit coûter 2,35 milliards d’euros par an à l’Etat (3 milliards en diminution des 130 milliards collectés chaque année avec la TVA moins 650 millions d’euros d’allégements sociaux supprimés). Elle doit conduire à la création de 40 000 emplois en deux ans (dont 20 000 jeunes en alternance).

Un contrôle sera effectué par la Direction générale de la concurrence, la consommation et la répression des fraudes (DGCCRF), qui a relevé en mars 4000 tarifs pour avoir une base de comparaison. Les sanctions ne porteront que sur la publicité mensongère, les baisses de prix devant être clairement affichées.

La France rejoint ainsi la dizaine de pays européens qui ont décidé d’appliquer un taux réduit (c’est-à-dire une valeur inférieure aux 15 % fixés par Bruxelles) : la Grèce (9% contre 19% au taux normal), l’Espagne (7% contre 16%), l’Irlande (13,5% contre 21,5%), l’Italie (10% contre 20%), Chypre (8% contre 15%), les Pays-Bas (6% contre 19%), l’Autriche (10% contre 20%), la Pologne (7% contre 22%) et le Portugal (12% contre 20%)

Références
Dépêches
AFP sur La Croix
AFP sur Google

Articles
LeJDD.fr :  » TVA réduite à chacun sa cuisine « 
Libération :  » La TVA baisse, l’addition suit-elle? « 
Le Monde :  » Qui va profiter de la baisse de la TVA dans la restauration ? « 
LeFigaro.fr :  » L’UMP profite de la baisse de la TVA pour faire sa pub « 

Lundi 8 juin 2009. Elections européennes : l’Europe s’ancre à droite

Les élections européennes, visant à renouveler les 736 sièges du Parlement européen se sont déroulées entre jeudi 5 juin et dimanche 7 juin 2009. 388 millions de personnes dans 27 pays étaient appelés à voter. Elles ont été marquées par une nette victoire des partis de centre-droit (le parti populaire européen remporterait ainsi 264 sièges) et la défaite des partis socialistes qui se voient rattrapés par les écologistes. Les socialistes ont subi des revers dans 20 pays ; au total, ils disposeraient de 183 sièges.

En France, l’UMP est arrivée en tête (27,9 %), devant le PS (16,48 %), Europe-Ecologie (16,28 %), le MoDem (8,45 %), le Front National 6,5 %. En sièges, l’UMP passerait de 17 à 30, le PS de 31 à 14, Europe-Ecologie de 6 (pour les Verts) à 14, le Modem de 11 (pour l’UDF) à 5, le Front national de 7 à 3 ; le Front de gauche aurait 4 élus tandis que le NPA n’en aurait pas, et le mouvement Libertas aurait 1 siège.

A l’échelle de l’Europe, la participation a été d’environ 43 %, la plus faible depuis la première élection du Parlement européen, en 1979 :
1979 – 62%
1984 – 59%
1989 – 58%
1994 – 57%
1999 – 50%
2004 – 45%
2009 – 43%
La participation a été la plus forte au Luxembourg (91 %) et la plus faible en Slovaquie (19,6 %). En France, elle fut de 40,5 %

Références
Dépêches
LaCroix.com avec AFP

Articles
WSJ :  » EU Voters Shift to the Right « 
BBC :  » Voters steer Europe to the right « 
LeFigaro.fr :  » UMP en tête, Verts et PS à égalité, MoDem distancé « 
Libération :  » L’échappée verte « 
LeJDD.fr :  » Le PS et le Modem prennent l’eau « 
NYT :  » Center-Right Parties Gain in Europe « 
RFI :  » Les conservateurs raflent la mise « 

Document
 » Le nouveau Parlement européen  » : infographie interactive sur le site du Monde
Tous les résultats en France
Tous les résultats, pays par pays

Mardi 23 décembre 2008. La Belgique sans premier ministre à la suite de l’« affaire Fortis »

Le premier ministre belge Yves Leterme et son gouvernement ont démissionné vendredi 19 décembre. Le roi des Belges Albert II a accepté cette démission hier lundi 22 décembre mais n’a nommé aucun successeur, faute de trouver une personnalité faisant consensus. Il a confié à l’ancien premier ministre Wilfried Martens (chrétien-démocrate flamand comme Yves Leterme, et qui était à la tête du gouvernement de 1979 à 1992), une mission de consultations pour former un nouveau gouvernement.

Alors que son mandat courait jusqu’en 2011, Yves Leterme, 48 ans, a démissionné à la suite de son implication dans l’« affaire Fortis », du nom de la banque belgo-néerlandaise. Il a affirmé qu’il ne jouerait aucun rôle dans un prochain gouvernement.

Elu en juin 2007 sur des promesses de croissance et d’indépendance accrue pour les Flammands, Yves Leterme a mis neuf mois à réussir à former un gouvernement (lire l’info du jour du 19 décembre 2007). En septembre 2008, il a essayé de sauver la banque Fortis en injectant 4,7 milliards d’euros en échange d’une prise de participation à hauteur de 49 %. Puis, en octobre, il a décidé de vendre la banque et son volet d’assurance (toujours entièrement privé) à BNP Paribas pour 14,5 milliards d’euros.

Les actionnaires minoritaires de la branche assurance ont cependant bloqué l’opération, estimant qu’ils ont été court-circuités dans le processus de démantèlement de Fortis. Des membres du cabinet d’Yves Leterme auraient fait pression sur la justice d’abord en approchant un représentant du parquet du tribunal de commerce, puis en appel, en approchant cette fois le conjoint de la juge en charge de l’affaire. C’est la cour de Cassation qui a mis cette affaire en lumière, indiquant qu’elle a des « indications importantes » mais pas de « preuves juridiques ». Yves Leterme a nié toute pression personnelle sur la justice.

Mise à jour du 29 décembre 2008

C’est le flamand Herman Van Rompuy, âgé de 61 ans et considéré comme étant modéré, qui a finalement été désigné dimanche 28 décembre pour former un nouveau gouvernement.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP
Libération avec AFP
LeFigaro.fr avec AFP
LeFigaro.fr avec agences

Articles
Le JDD.fr : « Fortisgate: La Belgique à tâtons »
WSJ : « Belgium Searches for a New Premier »
RFI : « Albert II accepte la démission du Premier ministre »
Le Figaro : « L’affaire Fortis tourne au scandale politique en Belgique »
20Minutes.fr : « Royaume en crise cherche Premier ministre. Poste à durée déterminée. »