Archives de Tag: G20

Vendredi 25 septembre 2009. Le G20 va remplacer le G8

La Maison Blanche a annoncé aujourd’hui que le G20 va être pérennisé pour remplacer le G8, et devenir le  » principal Forum économique mondial « . Cette annonce a eu lieu alors que le G20 se réunissait dans la ville américaine de Pittsburgh.

Le G8 était composé de l’Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Italie, du Japon et de la Russie. Le G20 compte de plus l’Argentine, l’Australie, le Brésil, la Chine, l’Union européenne, l’Inde, l’Indonésie, le Mexique, l’Arabie Saoudite,  l’Afrique du Sud,la Corée du Sud et la Turquie. Ces pays représentent 85 % du produit intérieur brut (PIB) mondial (mais seulement 60 % de la population).

Le G20 a été imaginé en 1999 à la suite de la crise financière asiatique. Des représentants du G20 se sont réunis pour la première fois en 2008. Son objet sera désormais de développer une croissance durable dans le monde. La fréquence des réunions et le nombre d’invités reste à déterminer.

Le G20 se réunira la prochaine fois au Canada, en 2010.

Références
Dépêches
AFP sur Libération.fr

Articles
Le Figaro :  » Le G7 laisse la place au G20 en tant que directoire de l’économie mondiale « 
Le Monde :  » Vers un poids plus grand des pays émergents dans la gestion de l’économie mondiale « 
Le Figaro :  » Le G20 réforme le FMI : une victoire pour la Chine « 
LeJDD.fr :  » G20: Bonus encadrés mais… « 
BBC :  » Emerging economies get new role « 

Document
Une infographie sur le poids des pays du G30 dans l’économie mondiale, sur le site de La Croix

Publicités

Mardi 7 avril 2009. Plus aucun pays sur la  » liste noire  » de l’OCDE

Le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, a annoncé aujourd’hui que les quatre pays (Uruguay, Costa Rica, Philippines, Malaisie) qui figuraient sur la  » liste noire  » des paradis fiscaux, révélée lors du sommet du G20 le 2 avril 2009 (lire l’info du jour du 3 avril), se sont tous  » engagés pleinement à procéder à des échanges de renseignements fiscaux en fonction de la norme OCDE « . Les quatre pays vont ainsi rejoindre les 38 pays de la  » liste grise « , qui ont pris l’engagement d’échanger des renseignements fiscaux mais qui n’ont pas signé des accords bilatéraux avec au moins 12 des 30 Etats membres de l’OCDE.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP

Articles
Le Figaro :  » Paradis fiscaux : la fin de la liste noire « 
BBC :  » OECD removes tax havens from list « 

Vendredi 3 avril 2009. Les conclusions et les engagements du G20

Les pays du G20 se sont réunis jeudi 2 avril à Londres. Pour relancer l’économie mondiale et éviter une nouvelle crise à l’avenir ils ont pris les engagements suivants :

– 1 000  milliards de dollars (750 milliards d’euros) supplémentaires vont être injectés dans l’économie mondiale par le biais du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale – il ne s’agit donc pas de nouveaux plans de relance, auxquels étaient opposés la France et l’Allemagne ; les montants totaux investis d’ici à 2010 seront donc amenés à 5000 milliards de dollars (3 700 milliards d’euros) ;

– afin de venir à bout du secret bancaire, l’OCDE va pouvoir publier une liste de paradis fiscaux  » non coopératifs « . Il y aura précisément trois listes, selon que les Etats acceptent ou non de coopérer. Les sanctions restent à définir : elles seront soit directes (suppression des centres non coopératifs) soit indirectes (incitation des institutions financières à ne pas travailler avec ces centres).
Sur la liste « noire »  : le Costa Rica, la Malaisie, les Philippines et l’Uruguay.
Sur la liste « gris foncé », 32 pays : Andorre, Anguilla Antigua, Barabade, Aruba, Bahamas, Bahrein, Belize, les Bermudes, les iles vierges anglaises, les iles Cayman, les iles Cook, la Dominique, Gibraltar, Grenade, Liberia, le Liechtenstein, les Iles Marshall, Monaco, Montserrat, Nauru, les Antilles néerlandaises, Niue, Panama, St Kitts and Nevis, Sainte Lucie, Saint Vincent et Grenadine, Samoa, San Marin, les iles Turks and Caicos et Vanuatu.
Sur la liste gris clair : l’Autriche, la Belgique, Brunei, le Chili, le Guatemala, le Luxembourg, Singapour et la Suisse.

– les contrôles seront accrus sur les agences de notation et les fonds spéculatifs, notamment en ce qui concerne leur niveau d’endettement ; les banques devront garder dans leurs comptes une part de leurs risques (et non plus de tout titriser) ; les normes comptables vont être harmonisées ; de nouvelles règles sur les bonus et les salaires des dirigeants et des financiers vont être établies ;

– certaines institutions internationales vont être renforcées : le budget du FMI va être triplé pour arriver à 750 milliards de dollars, dont un tiers sera financé par la création monétaire (la planche à billets) ; une nouvelle instance, le Conseil de stabilisation financière, remplacera le Forum de stabilité financière pour détecter les risques financiers et intégrera les pays émergents ; des pays émergents seront aussi accueillis dans les discussions du G7 pour débloquer le « cycle de Doha » amorcé en 2001 ;

Une nouvelle réunion a été programmée en sptembre prochain à New-York, en marge de la prochaine assemblée générale de l’ONU pour évaluer la mise en œuvre de toutes ces mesures.

Etaient présents, des représentants des pays du G20
– la chancelière allemande Angela Merkel
– le président sud-africain Kgalema Motlanthe
– le roi Abdallah d’Arabie saoudite et le ministre saoudien des affaires étrangères, Saud al-Faisal
– le président argentin Cristina Kirchner
– le premier ministre australien Kevin Rudd
– le président brésilien Luiz Innacieo Lula da Silva
– le premier ministre canadien Stephen Harper
– le président chinois Hu Jintao
– le président sud-coréen Lee Myung-bak
– le président américain Barack Obama
– le président français Nicolas Sarkozy
– le premier ministre indien Manmohan Singh
– le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono
– le premier ministre italien Silvio Berlusconi
– le premier ministre japonais Taro Aso
– le président mexicain Felipe Calderon
– le premier ministre britannique Gordon Brown
– le président russe Dmitry Medvedev
– le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan
et pour l’Union européenne, le président de la Commission José Manuel Barroso

En outre, s’étaient aussi déplacés :
– le premier ministre espagnol Jose Luis Zapatero
– le premier ministre néerlandais Jan Peter Balkenende
–  le président de l’ASEAN (Association des pays du Sud-Est), le premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva
– le président du Conseil européen et premier ministre tchèque Mirek Topolanek
– le responsable du NEPAD (Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique) et premier ministre éthiopien Meles Zenawi
– le président du Forum de stabilité financière Mario Draghi
– le directeur du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn
– le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon
– le président de la Banque mondiale Robert Zoellick
– le directeur de l’Organisation mondiale du commerce, Pascal Lamy.

Références
Dépêche
Reuters

Articles
Le Monde :  » G20 : quatre orientations décisives pour essayer de sauver l’économie mondiale « 
La Croix :  » Accord à Londres, le G20 est entré dans le concret « 
La Croix :  » Les grandes décisions du G20 « 
WSJ :  » World Leaders Agree on Global Response « 
Le Figaro :  » Accord mondial pour 
un nouveau capitalisme « 
Les Echos :  » Compromis ambitieux au sommet du G20 « 
Les Echos :  » Des promesses de réformes en cascade « 
Les Echos :  » Des avancées notables sur la régulation financière internationale « 
RFI :  » La Chine propose et s’impose « 
NYTimes :  » World Leaders Pledge $1.1 Trillion to Tackle Crisis « 

Document
Le communiqué final

Lundi 17 novembre 2008. Première réunion des chefs d’Etat du G20

 

Les chefs d’Etat et de gouvernement des 20 pays les plus riches de la planète se sont réunis pour la première fois vendredi 14 novembre et samedi 15 novembre 2008.

L’objectif était de poser les bases d’une relance économique et d’une réforme de la surveillance financière mondiale. La déclaration finale, rédigée dans un langage technique, met en avant la sous-évaluation du risque par les investisseurs et n’évoque pas la « crise des subprimes ». Sans qu’aucune initiative majeure n’ait été prise, plusieurs grands principes ont été retenus :

– une relance économique par des mesures budgétaires en faveur d’une relance de la consommation et une aide accrue des institutions financières envers les pays les plus fragiles

– une amélioration de la régulation des marchés financiers (selon des modalités à définir d’ici au 31 mars 2009) et de la gouvernance économique (en repensant notamment le rôle du FMI)

– le maintien des principes de l’économie de marché et le refus des mesures protectionnistes

– une ouverture aux puissances économiques émergentes du Forum sur la stabilité financière (FSF), créé à la fin des années 1990 et qui regroupe les représentants des gouvernements, des banques centrales et des agences de régulation.

L’idée de Nicolas Sarkozy d’avoir un «  super gendarme » de la finance internationale n’a pas été reprise. Un « collège de superviseurs » doit en revanche être constitué au cours des prochains mois : il réunira les principaux régulateurs de la finance pour discuter de la santé des principales banques mondiales

Un nouveau sommet du G20 doit se tenir avant le 30 avril 2009, probablement en Grande Bretagne.

Qu’est-ce que le G20 ?

Le G20 a été créé en 1999 à la suite des crises asiatique et russe. Les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales se rencontrent chaque année (le G20 n’a aucun personnel permanent). 

Les pays du G20 regroupent les deux tiers de la population mondiale et 90 % du PIB de la planète. Ils sont au nombre de 19, plus l’Union Européenne (représentée par le Président du conseil et celui de la Banque centrale européenne) :

• les membres du G8 :

Allemagne

Canada

Etats-Unis d’Amérique

France

Italie

Japon

Royaume-Uni

Russie

• des grandes économies émergentes :

Afrique du Sud

Arabie saoudite

Argentine

Australie

Brésil

Chine

Corée du Sud

Inde

Indonésie

Mexique

Turquie.

En réalité, la liste des pays n’a pas bougé depuis le choix initial de 1999 et ne reflète donc pas parfaitement le classement mondial des pays les plus riches (l’Espagne, les Pays-Bas, la Belgique et la Suisse devraient y appartenir, voire l’Iran et la Pologne selon le mode de calcul de la richesse). Déjà en 1999, la Turquie, l’Indonésie, l’Afrique de Sud et l’Arabie Saoudite ont été inclus sans faire partie des 20 pays les plus riches.

 

Références

Dépêches

Le Monde.fr avec AFP et Reuters

AFP (sur le site de La Croix)

Articles

Le Figaro : «  Le G20 prône la relance par tous les moyens »

RFI : G20 : un ensemble de principes pour mettre fin à la crise

Les Echos : «  Le G20 jette les bases d’une réforme en douceur du système financier »

Le Monde : « Le G20, théâtre de la discorde franco-américaine »

IHT : « G-20 mostly avoids the thornier questions »

La Croix : «  Le G20, un sommet inédit »

20 Minutes : « Le G20 pour les nuls »

20 Minutes : « Votre pays peut-il être viré du G20? » (traduction de Slate)

BBC : « Q&A: The G20 summit »

 

Documents

Une infographie des pays participant au G20 sur le site du Monde

La déclaration finale, sur le site du Figaro