Archives de Tag: Hezbollah

Mardi 16 juin 2009. Benyamin Nétanyahou évoque un Etat palestinien

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a accepté dimanche 14 juin le principe d’un Etat palestinien en posant deux conditions : la démilitarisation du futur Etat (qui ne pourra entretenir de liens avec l’Iran ou le Hezbollah) et la reconnaissance d’Israël comme Etat du peuple juif. Une première pour ce leader de la droite israélienne (et un précédent chez les  » faucons  » de la droite israélienne) qui ne parlait jusqu’à présent que de  » paix économique « .

Benyamin Nétanyahou s’est ainsi conformé aux souhaits de Barack Obama (lire l’info du jour du 19 mai 2009). 71 % des Israéliens se déclarent en faveur d’un Etat palestinien démilitarisé. Il a par ailleurs exclu tout démantèlement des colonies juives, précisant qu’il ne souhaitait pas en construire de nouvelles, et tout partage de Jérusalem.

Ce premier discours de politique étrangère du premier ministre israélien depuis son élection en février 2009 (lire l’info du jour du 1er avril 2009) a provoqué des réactions négatives chez les Palestiniens. Pour le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, « «ce discours torpille toutes les initiatives de paix dans la région».

Références
Dépêches
AFP sur LeFigaro.fr
LeJDD.fr avec Reuters
LeMonde.fr avec AFP
AFP sur LeFigaro.fr

Articles
RFI :  » Netanyahu accepte le principe de deux Etats « 
Le Figaro :  » Ehoud Barak : «Israël ouvre
la route des négociations» « 
Le Monde :  » M. Nétanyahou pose ses conditions pour un éventuel Etat palestinien « 
LeMonde.fr :  » Le tout petit pas en avant de Benjamin Nétanyahou « 

Document
Extrait du discours de Benyamin Nétanyahou sur le site du JDD

Publicités

Vendredi 15 février 2008. Le Hezbollah menace Israël

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a déclaré une  » guerre ouverte  » contre l’Etat hébreu hier jeudi 14 février 2008.

Il s’exprimait face à 20 000 partisans rassemblés pour les obsèques d’Imad Moughnieh, un des leaders les plus recherchés du Hezbollah, tué mardi 12 février à Damas dans un attentat à la bombe visant sa voiture.  Hassan Nasrallah accuse Israël d’être responsable de cet attentat (ce que nie Israël).

Imad Moughnieh était le responsable des coopérations entre l’Iran, le Hezbollah et le Hamas, le chef des opérations militaires et celui du renseignement du Hezbollah. On lui attribue un grand nombre d’attentats, dont ceux de 1983 contre les casernes américaine et française de Beyrouth (plus de 300 morts), celui contre l’ambassade américaine à Beyrouth la même année (63 morts) ou encore celui contre l’ambassade israélienne en Argentine en 1992 (29 morts). On lui attribue aussi un détournement d’avion en 1985 et des enlèvements à Beyrouth dans les années 1980. Les Etats-Unis considèrent qu’avant Oussama Ben Laden, c’était le responsable du plus grand nombre de morts américains dans des attentats. Ils offraient 5 millions de dollars pour sa tête.

Ses obsèques ont suivi une grande manifestation (on parle de plus d’un million de personnes) de Libanais pro-occidentaux et anti-syriens en mémoire de la mort du premier ministre, Rafic Hariri, assassiné il y a trois ans à Beyrouth. De part et d’autre les discours ont été agressifs mais le leader sunnite Saad Hariri (le fils de Rafic Hariri) a adressé une  » main tendue  » à l’opposition pro-syrienne que Hassan Nasrallah n’a pas refusée. Les deux manifestation se sont déroulées les heurts redoutés entre les deux communautés.

Le Liban est toujours sans Parlement : l’élection du président de la république a été repoussée 14 fois depuis novembre 2007, majorité et opposition ne parvenant pas à s’entendre sur un partage du pouvoir (lire l’info du jour du 23 novembre 2007). Le commandant en chef de l’Armée, Michel Sleimane, fait consensus, mais les divergences portent sur l’après-élection, notamment sur la composition du gouvernement, la répartition des portefeuilles et l’identité du prochain Premier ministre.

Références
Dépêches
LeFigaro.fr avec AFP
Reuters
Reuters

Articles
Le Figaro :  » L’assassinat de Moughnieh jette de l’huile sur le feu « 
Le Figaro :  » Ranstorp : «Il avait un pied au Liban, un autre en Iran » « 
RFI :  » Les discours belliqueux alourdissent le climat « 
Le Monde :  » Hassan Nasrallah déclare le Hezbollah libanais en « guerre ouverte » avec l’Etat israélien « 
France Inter : la chronique de Bernard Guetta du 14 février
France Culture : la chronique d’Alexandre Adler du 15 février