Archives de Tag: Klaus

Mardi 3 novembre 2009. La Constitution tchèque compatible avec le Traité de Lisbonne

La Cour constitutionnelle tchèque a dit aujourd’hui que le Traité de Lisbonne est compatible la Constitution du pays. C’était le dernier obstacle avant la signature du Traité par le président Vaclav Klaus et son adoption.

Bien qu’opposé au Traité, Vaclav Klaus s’est engagé à le signer la semaine dernière après que les dirigeants d’Etat européens ont promis à la République tchèque une dérogation à la charte des droits fondamentaux figurant en annexe du traité. Cette dérogation doit empêcher toute demande de restitution de biens en faveur des 2,5 millions d’Allemands expulsés de Tchécoslovaquie après la Seconde Guerre mondiale. Le Royaume-Uni et la Pologne avaient déjà bénéficié d’une dérogation similaire.

Si Vaclav Klaus signe bien l’accord, un sommet exceptionnel pourra être organisé courant novembre pour désigner le président et le ministre des affaires étrangères. Le Traité doit entrer en vigueur le 1er du mois suivant son adoption par les Etats membres de l’Union.

Il avait été signé le 13 décembre 2007 (lire l’info du jour du Jeudi 13 décembre 2007)

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec AFP et Reuters
AFP sur Les Echos

Articles
NYT :  » Czech Court Backs New E.U. Treaty « 
WSJ :  » Klaus Signs Lisbon Treaty « 
BBC :  » Czech court clears Lisbon Treaty « 
La Croix :  » La République tchèque ouvre la voie à l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne « 
RFI :  » Les nouveautés du Traité de Lisbonne « 

Mercredi 25 mars 2009. Le premier ministre tchèque va démissionner

Victime de la cinquième motion de censure (votée avec une voix de plus que la majorité) depuis qu’il a pris le pouvoir en janvier 2007, le premier ministre tchèque de droite Mirek Topolánek a annoncé qu’il allait donner sa démission. L’opposition l’accuse notamment de ne pas gérer convenablement la crise économique et d’être impliqué dans une fraude électorale.

La République tchèque assure la présidence de l’Union européenne jusqu’au 30 juin. Sa constitution ne précise pas le délai dans lequel le cabinet doit démissionner. Le leader de l’opposition à l’origine de la motion de censure, Jiri Paroubek, a même dit souhaiter que le cabinet reste en place jusqu’à la fin de la présidence tchèque. C’est le président tchèque Vaclav Klaus, considéré comme eurosceptique, qui devra nommer un nouveau premier ministre chargé de former un nouveau gouvernement

La présidence de l’Union européenne par la République tchèque n’est pas remise en cause. La présidence du Danemark en 1993, celle de la France en 1995 et celle de l’Italie en 1996 avaient déjà été marquées par un changement de gouvernement.

La démission du gouvernement de la République tchèque survient après celui de l’Islande, de la Lettonie et de la Hongrie.

Références

Dépêche

AFP sur La Croix

Articles

RFI :  » La présidence de l’UE fragilisée « 

Libération :  » L’exécutif tchèque coulé par l’Assemblée « 

IHT :  » Czech leader loses vote of confidence « 

WSJ :  » Czech Government Falls Amid Political Infighting « 

Le Monde :  » La chute du gouvernement tchèque embarrasse l’Union européenne «