Archives de Tag: Medvedev

Mardi 9 décembre 2008. Alexis II, chef de l’Eglise orthodoxe russe, a été inhumé

Alexis II, le chef de la plus grande Eglise orthodoxe au monde, a été inhumé aujourd’hui mardi 9 décembre dans une crypte de la cathédrale de l’Epiphanie, à Moscou.
Le président Dmitri Medvedev et le Premier ministre Vladimir Poutine ont assisté auparavant aux funérailles dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou. (Alexis II avait contribué à faire reconstruire cette cathédrale en 1997, 65 ans après qu’elle a été dynamitée sur ordre de Staline.) Les présidents serbe, Boris Tadic, biélorusse, Alexandre Loukachenko, moldave, Vladimir Voronine, arménien, Serge Sarkissian, ainsi que l’ancien premier ministre d’Ukraine, Viktor Ianoukovitch, étaient également présents.
Alexis II est mort vendredi 5 décembre d’un arrêt cardiaque à l’âge de 79 ans. Depuis, 80 000 personnes lui ont rendu hommage dans la cathédrale du Christ-Sauveur.
Alexis était devenu patriarche de Moscou et de toutes les Russies en 1990, quelques mois avant l’éclatement de l’Union soviétique. Durant ses 18 ans de patriarcat, il a restauré l’Eglise orthodoxe après 70 ans d’athéisme imposé par le régime communiste. Il a tenté de rassemblé les orthodoxes du monde entier sous son autorité. Des centaines d’églises et de monastères ont été restaurés, des aumôneries ont été créés et près de 10 000 lycées orthodoxes ont été ouverts. Alors que la Russie comptait 6 893 paroisses en 1988, il y en a maintenant 27 393. 60 % des Russes se définissent comme chrétiens orthodoxes.
Bien que l’Eglise et l’Etat sont officiellement séparés en Russie, Alexis II était considéré comme un proche de Vladimir Poutine. Ses relations avec Jean-Paul II ont, elles, été tendues, au-delà des différences idéologiques, en raison des tensions croissantes entre l’Eglise orthodoxe et des greco-catholiques (uniates), dépendant du Vatican. Ses relations étaient également tendues avec le patriarche Bartholomeos Ier de Constantinople, auquel il reconnaissait une primauté, mais qu’il ne voulait qu’honorifique.
Cyrille de Smolensk, numéro deux du patriarcat de Moscou âgé de 62 ans, a été désigné patriarche par intérim. Il dirigeait depuis 1989 le département des relations extérieures du patriarcat. Le successeur d’Alexis II sera élu dans les prochains mois.

Références
Dépêche
AFP (sur Google)

Articles
Le Monde : « Alexis II »
Le Monde : « Cyrille de Smolensk nommé patriarche par intérim »
LeFigaro.fr : « Le patriarche de l’Église orthodoxe russe est mort »
Le Monde : « La Russie pleure Alexis II, artisan de la renaissance orthodoxe »
RFI : «  Funérailles nationales pour le patriarche Alexis II »
La Croix : « Le patriarche de Moscou Alexis II est mort »
La Croix : « Les Russes rendent hommage à leur patriarche Alexis II »
La Croix : « Le long adieu des Russes à Alexis II »

L’Eglise orthodoxe russe en chiffres, sur le site de La Croix
Un portfolio sur le site du Monde
Un portfolio sur le site de La Croix

Lundi 3 mars 2008. Dmitri Medvedev président de la Russie.

Dmitri Medvedev a remporté au premier tour les élections présidentielles russes hier dimanche 2 mars avec 70,2 % des voix. Le candidat communiste Guennadi Ziouganov est arrivé second (17,8 %), suivi de l’ultranationaliste Valdimir Jirinovski (9,4 %) et du pro-européen Andreï Bogdanov (1,3 %). Le taux de participation a été de 65 %.

Même si l’issue du scrutin n’est pas contestée, son déroulement, lui, est critiqué. Les quelques observateurs européens présents en Russie pour l’élection estiment que les candidats n’ont pas tous eu les mêmes droits pour accéder aux médias tandis que d’autres ont été empêchés de se présenter, notamment l’ex-premier ministre Mikhaïl Kassianov. Ils parlent aussi de bourrages d’urnes et d’obligations faites à des ouvriers de voter. L’OSCE avait annulé l’envoi d’une mission d’observation en raison de « restrictions imposées par les autorités russes ».

42 ans, 1m62 et surnommé ironiquement au Kremlin  » le grand vizir « , Dmitri Medvedev est le plus jeune dirigeant russe depuis Nicolas II, le tsar assassiné par les bolcheviks en 1918. Professeur de droit diplômé de l’université de Saint-Pétersbourg, il a été pris comme assistant à la mairie de Saint-Pétersbourg. C’est là qu’il rencontra Vladimir Poutine. Il en deviendra le consultant juridique et le sortira d’accusations de corruption. Lui-même a toujours échappé à toute accusation de corruption. Contrairement à son ex-challenger à la succession de Vladimir Poutine, il n’a pas fait partie de l’ancien KGB (où Vladimir Poutine a passé, lui, 17 ans). Il s’occupa de la campagne présidentielle de Vladimir Poutine en 1999. Ensuite, il fut nommé président du conseil d’administration du géant gazier Gazprom (la plus grosse entreprise russe et la quatrième capitalisation boursière mondiale) en 2000, chef de l’administration présidentielle en 2003 et vice-premier ministre en 2005. En décembre 2007, Vladimir Poutine l’a désigné pour lui succéder (lire l’info du jour du 10 décembre 2007)

Dans un discours de campagne, il avait défini ses quatre priorités : les  » 4 i  » pour institutions, infrastructures, innovation, investissement. Il affirme vouloir notamment diversifier l’économie, réduire la présence de l’Etat et travailler pour l’indépendance de la justice. Il devra notamment lutter contre l’inflation, actuellement proche de 12 %.

La passation de pouvoir aura lieu le 7 mai. Vladimir Poutine (55 ans), qui ne pouvait constitutionnellement prétendre à un troisième mandat, occupera le poste de Premier ministre. Le partage du pouvoir entre eux reste à définir. Selon la Constitution, le président garde le contrôle des services secrets, de l’armée et de la police.

Références
Dépêches
AFP
Reuters
AFP
LeFigaro.fr avec AFP

Articles
Le Monde  » Dmitri Medvedev élu président, la Russie spécule sur une possible rivalité avec Vladimir Poutine « 
RFI :  » Medvedev au Kremlin « 
Le Monde :  » Dmitri Medvedev, tsar ou vizir ? « 
Le Monde :  » Dmitri Medvedev, un président dans l’ombre de Poutine pour la Russie « 
Le Figaro :  » La Russie doit composer avec son «tsar» à deux têtes « 
Le Figaro :  » L’héritage de Poutine, ou les risques du capitalisme autoritaire « 
Le Figaro :  » Medvedev, le gentil héros que le Kremlin se fabrique « 

Document
Le vainqueur fêté avec Vladimir Poutine sur la Place Rouge.

Lundi 10 décembre 2007. Le successeur de Vladimir Poutine désigné

Valdimir Poutine a dit  » soutenir complètement  » la candidature de Dimitri Medvedev, sont vice-premier ministre, pour l’élection présidentielle du 2 mars 2008.

Dimitri Medvedev sera le candidat unique du parti de Vladimir Poutine,  » Russie unie « , qui a remporté les élections législatives du 2 décembre dernier (linfodujour du 3 décembre). Il sera investi officiellement le 17 décembre. D’autres formations politiques pro-Kremlin ont déjà annoncé soutenir le futur candidat.

Juriste né en 1965, Dimitri Medvedev a été conseiller de Vladimir Poutine lorsqu’il était maire de Saint-Pétersbourg, au début des années 1990. Il est arrivé au Kremlin en 2003 et occupe le poste de vice-président depuis novembre 2005. Il est aussi à la tête du conseil d’administration de Gazprom, le premier exportateur de gaz au monde, plus grosse entreprise russe et 4e capitalisation boursière mondiale.

Dépêches
Le Figaro avec AFP
Reuters
AP