Archives de Tag: Nétanyahou

Mardi 16 juin 2009. Benyamin Nétanyahou évoque un Etat palestinien

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a accepté dimanche 14 juin le principe d’un Etat palestinien en posant deux conditions : la démilitarisation du futur Etat (qui ne pourra entretenir de liens avec l’Iran ou le Hezbollah) et la reconnaissance d’Israël comme Etat du peuple juif. Une première pour ce leader de la droite israélienne (et un précédent chez les  » faucons  » de la droite israélienne) qui ne parlait jusqu’à présent que de  » paix économique « .

Benyamin Nétanyahou s’est ainsi conformé aux souhaits de Barack Obama (lire l’info du jour du 19 mai 2009). 71 % des Israéliens se déclarent en faveur d’un Etat palestinien démilitarisé. Il a par ailleurs exclu tout démantèlement des colonies juives, précisant qu’il ne souhaitait pas en construire de nouvelles, et tout partage de Jérusalem.

Ce premier discours de politique étrangère du premier ministre israélien depuis son élection en février 2009 (lire l’info du jour du 1er avril 2009) a provoqué des réactions négatives chez les Palestiniens. Pour le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, « «ce discours torpille toutes les initiatives de paix dans la région».

Références
Dépêches
AFP sur LeFigaro.fr
LeJDD.fr avec Reuters
LeMonde.fr avec AFP
AFP sur LeFigaro.fr

Articles
RFI :  » Netanyahu accepte le principe de deux Etats « 
Le Figaro :  » Ehoud Barak : «Israël ouvre
la route des négociations» « 
Le Monde :  » M. Nétanyahou pose ses conditions pour un éventuel Etat palestinien « 
LeMonde.fr :  » Le tout petit pas en avant de Benjamin Nétanyahou « 

Document
Extrait du discours de Benyamin Nétanyahou sur le site du JDD

Publicités

Mardi 19 mai 2009. Première rencontre entre Barack Obama et Benyamin Netanyahou

Le président américain, Barack Obama, et le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, se sont rencontrés pour la première fois lundi 18 mai 2009 à la Maison-Blanche.

Au cours d’un entretien de deux heures, Barack Obama a affirmé sa position en faveur de deux Etats, israélien et palestinien et l’arrêt de la colonisation. Benyamin Netanyahou s’est dit, lui, engagé en faveur de la paix et prêt à négocier avec les Palestiniens dès qu’ils auront reconnu Israël comme Etat juif (ce qu’ils n’ont jamais fait). Il a dit souhaiter que les Palestiniens s’administrent eux-mêmes mais il n’ pas parlé d’Etat palestinien.

Le président américain a en outre rappelé sa volonté de dialoguer avec l’Iran au sujet du démantèlement de son programme nucléaire.

Barack Obama recevra le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, le 28 mai prochain.

Références
Dépêches
AFP sur La Croix
LeFigaro.fr avec AFP
LeJDD.fr avec Reuters

Articles
RFI :  » Obama et Netanyahu mettent leurs divergences au grand jour « 
Libération :  » Obama à marche forcée vers la paix « 
NYT :  » Obama Tells Netanyahu He Has an Iran Timetable « 

Mercredi 1er avril 2009. Nouveau gouvernement en Israël : pléthorique et orienté à droite

Israël s’est doté hier mardi 31 mars 2009 du cabinet le plus nombreux de l’histoire israélienne. A sa tête : Benyamin Nétanyahou, le chef du parti de droite, le Likoud, qui succède à Ehoud Olmert. Celui-ci avait annoncé son départ il y a neuf mois en raison d’accusations de corruption.

Benyamin Netanyahou était arrivé deuxième à l’issue des élections législatives anticipées du 10 février dernier, mais c’est lui que le président israélien Shimon Pérès a désigné le 20 février dernier pour former un gouvernement. Agé de 59 ans, il a déjà été premier ministre entre 1996 et 1999. Il se dit ouvert à la paix avec les Palestiniens bien qu’il est opposé au démantèlement des colonies et à la création d’un Etat palestinien mais les opinions sur ces deux questions sont très divergentes dans sa coalition.

Sur les trente portefeuilles de ministres et sept de vice-ministres, on compte seulement treize membres du Likoud. Les autres partis sont : les travaillistes, les ultranationalistes, et les ultra-orhtodoxes du parti Shas. Les centristes de Kadmima ont refusé de faire partie de la coalition.

Le chef des travaillistes Ehoud Barak conserve le ministère de la défense et son parti obtient quatre autres portefeuilles. Le chef du parti ultra-orthodoxe Shas a obtenu le ministère de l’habitat et jouera donc un rôle dans les questions liées aux colonies. Avigdor Lieberman leader du parti d’extrême droite Israël Beiteinou ( » Israël est notre foyer « ) a obtenu le poste de ministre des affaires étrangères bien qu’il fasse l’objet d’une enquête pour escroquerie.

Tzipi Livni qui a succédé à Ehoud Olmert à la tête de Kadima et qui devient le chef de fil de l’opposition , a affirmé qu’elle ne soutiendrait le gouvernement que pour les questions  » significatives comme l’économie ou la sûreté « . C’est elle qui avait remporté le plus grand nombre de sièges lors des élections.

Selon un sondage publié par le quotidien Haaretz, 54 % des Israéliens sont mécontents de ce nouveau gouvernement.

Références
Articles
Le Monde :  » Benyamin Nétanyahou présente un gouvernement élargi mais fragile « 
Le Figaro :  » Netanyahou refuse toujours
de parler d’État palestinien « 
LeFigaro.fr :  » Les hommes-clefs du cabinet Nétanyahou « 
Libération :  » Nétanyahou II, opération séduction à l’international « 
RFI :  » Le nouveau gouvernement déjà contesté « 
BBC :  » Netanyahu sworn in as Israeli PM « 
LeJDD.fr :  » Netanyahou, apôtre de la paix? « 
WSJ :  » Netanyahu Sworn In as Israeli Leader «