Archives de Tag: Pologne

Vendredi 18 septembre 2009. Les Etats-Unis repensent leur bouclier antimissile

Le président américain Barack Obama a annoncé hier jeudi 17 septembre renoncer au projet de bouclier antimissile imaginé par Bill Clinton et conçu par l’administration Bush après avoir réexaminé la réalité des menaces contre les Etats-Unis et leurs pays alliés. Selon un accord signé en août 2008, celui-ci prévoyait d’implanter d’ici à 2012 une station radar en République tchèque et dix lanceurs de missiles d’interception en Pologne, en liaison avec les détecteurs déjà en place en Alaska, au Groenland et au Royaume-Uni. Ils étaient officiellement destinés en premier lieu à intercepter les missiles de longue portée (plus de 5000 km) lancés par des  » Etats voyous « , au premier rang desquels l’Iran.

Le bouclier antimissile avait été largement critiqué aux Etats-Unis pour son coût élevé et son efficacité non démontrée. Il l’avait été aussi par la Russie, qui voyait en lui une atteinte à sa sécurité.

Il sera remplacé par un nouveau système de défense antimissile que Barack Obama veut plus efficace, plus rapide et moins coûteux. Des missiles conçus pour détruire des missiles à courte et moyenne portée pourraient être déployés en République tchèque et en Pologne à partir de 2015. Des missiles intercepteurs pourraient par ailleurs être installés sur des navires et dans des bases en Turquie, en Israël et dans les Balkans.

Références
Dépêches
LeMonde.fr avec Reuters
20Minutes.fr avec agences
LeJDD.fr avec Europe1.fr avec Reuters

Articles
Le Figaro :  » Washington recule sur le bouclier antimissile « 
NYT :  » White House Scraps Bush’s Approach to Missile Shield « 
NYTimes :  » Putin Applauds ‘Brave’ U.S. Decision on Missile Defense « 
NYTimes :  » New Missile Shield Strategy Scales Back Reagan’s Vision  »
WSJ :  » U.S. Missile U-Turn Roils Allies « 
BBC :  » Obama shelves Europe missile plan « 
Le Monde :  » Les Etats-Unis renoncent au « bouclier antimissile » « 

Publicités

Mardi 14 juillet 2009. Jerzy Buzek président du Parlement européen

En ce jour de  » rentrée  » du Parlement européen, l’ancien premier ministre polonais Jerzy Buzek a été élu à la tête du Parlement européen, l’emportant avec 555 voix contre 89 face à la Suédoise Eva-Britt Svensson. C’est la première personnalité d’un pays d’Europe de l’Est à accéder à cette fonction. Il succède à l’Allemand Hans-Gert Pöttering.

Jerzy Buzek s’est fixé trois objectifs : la résorption de la crise financière, l’indépendance énergétique de l’Europe et la lutte contre le réchauffement climatique.

La présidence du Parlement est une fonction de prestige qui consiste à gérer l’Assemblée au quotidien, mais avec une influence limitée sur son activité. Le président représente avant tout le Parlement auprès des instances internationales. Le mandat de Jerzy Buzek devrait être de deux ans et demi : les groupes conservateurs et socialistes (PPE et PSE) ont pris l’habitude de se partager la présidence à mi-mandat. C’est sans doute le socialiste allemand Martin Schultz qui lui succédera en 2012.

Agé de 69, cet ancien du syndicat Solidarnosc, membre du Parti populaire européen (PPE), est un libéral connu pour être consensuel : c’est le seul chef de gouvernement polonais à avoir tenu les quatre ans de pouvoir (entre 1997 et 2001) depuis le retour à la démocratie en Pologne.

Références
Dépêches
AFP sur Les Echos

Articles
Le Figaro :  » Jerzy Buzek, un Polonais au perchoir à Strasbourg « 
RFI :  » La rentrée des eurodéputés « 
BBC :  » Euro parliament elects new leader « 
20 Minutes :  » Le Polonais Jerzy Buzek élu président du Parlement européen « 

Vendredi 21 décembre. L’Europe sans frontières

Neuf Etats entrent aujourd’hui dans  » l’espace Schengen  »  : Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Slovénie, Slovaquie, République tchèque et Malte ; soit les 10 Etats entrés dans l’Union européenne en 2004 moins Chypre.

Le total est porté à 24 pays, peuplés de 400 millions de personnes. Il comportait auparavant 13 pays de l’Union européenne (l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Portugal et la Suède) plus la Norvège et l’Islande. Les prochains sur la liste devraient être la Suisse (en novembre 2008) et Chypre. Le Royaume Uni et l’Irlande n’ont pas signé cette convention mais participent à la coopération judiciaire et policière.

L’accord de Schengen a été signé dans cette ville luxembourgeoise de 400 habitants en 1985. Il définit une politique commune sur les visas et la suppression des contrôles aux frontières intérieures. L’élargissement prend effet aujourd’hui pour les frontières terrestres et maritimes ; il faudra attendre mars 2008 pour les frontières aériennes.

Références
Dépêche
AFP

Articles
Le Monde :  » 400 millions d’Européens sans frontières « 
Libération :  » Cette nuit, l’espace Schengen s’est élargi à vingt-quatre pays « 
Le Figaro :  » L’Europe centrale entre dans l’espace Schengen « 

Document
La carte de l’espace Schengen sur le site de RFI

Lundi 22 octobre 2007. Chine, Pologne, Suisse, Pakistan.

En Chine, Hu Jintao a obtenu un second mandat de cinq ans à la tête du parti communiste chinois (a priori son dernier puisqu’il n’a pas le droit de briguer un troisième) ; il reste aussi à la tête de l’armée.

Ingénieur de formation, âgé maintenant de 64 ans, Hu Jintao est dans les instances dirigeantes du PCC depuis le début des années 1980. Personnage de consensus, connu pour sa brutalité au Tibet où il a instauré la loi martiale, le président chinois est d’une fidélité parfaite aux lignes de son parti.

En Pologne, le parti du libéral Donald Tusk fondé en 2001 a remporté les législatives avec plus de 44 % des voix contre moins de 32 % au parti conservateur des jumeaux Kaczynski.
Le taux de participation a été supérieur à 55%, un record pour ce pays.

Donald Tusk, 50 ans, a été élu député pour la première fois en 1991 ; il a été candidat à la présidence en 2000. Proche de Lech Walesa, partisan de la « décommunisation », il veut ancrer son parti dans la mouvance des partis centre-droit européens.

Donald Tusk sera probablement le prochain premier ministre. Lech Kaczynski reste président jusqu’en 2010, mais ses pouvoirs sont limités.

En Suisse, la droite politique populiste devient la première force politique en recueillant près de 29 % des voix lors des élections fédérales. Le parti est emmené par un milliardaire zurichois, Christoph Blocher. Il a mené une campagne très agressive sur des thèmes tels que l’immigration ou le maintien du niveau de vie.

Au Pakistan
, l’ex premier ministre, Benazir Bhutto, a été visée par un attentat jeudi 18 octobre alors qu’elle venait de rentrer dans son pays après huit ans d’exil. Au moins 139 personnes ont péri.

Benazir Bhutto a été premier ministre de 1988 à 1990 et de 1993 à 1996. Elle était poursuivie pour corruption (elle était accusée d’avoir détourné avec son mari entre 100 millions et 1,5 milliard de dollars sur des contrats d’import-export et d’armement). Un décret d’amnistie devrait la protéger.

Références

Chine
Dépêche AFP
Article du Monde

Le discours de Hu Jintao prononcé à la clôture du congrès du PCC

Pologne
Dépêche AFP
Article du Monde
Article du Figaro

Suisse
Dépêche AP
Un reportage sur l’état d’esprit en Suisse au sujet des élections

Pakistan
Dépêche AFP

Un portrait de Benazir Bhutto dans La Croix